AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez
 

 Lâchage de pression urgente [Scarlett]-Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar
Invité



Lâchage de pression urgente [Scarlett]-Terminé Empty
MessageSujet: Re: Lâchage de pression urgente [Scarlett]-Terminé   Lâchage de pression urgente [Scarlett]-Terminé Icon_minitimeMer 11 Déc - 11:07

Lâchage de pression urgente
Cause when we are good, we're grand, but when we're bad we are very bad. But I stick around 'cause the love that you're giving me is the best I've ever had. Oh, oh, oh, oh. And it's funny to me, the way that things have worked out. There's no doubt in my mind that you can't recall what this all was about. So let's give it up. Love me sweetly and completely Come and sit beside me 'cause you know I need you near. When you're wheelin' with that feelin' we'll paint the town pink 'cause baby, red is so last year.



Je gardais mon amie près de moi pour la réconforter, j'espérais vraiment pouvoir l'aider, ne serais-ce qu'un minimum. La voir dans cet état ne me plaisait vraiment pas. Je sentis Vicky me serrer un peu plus contre elle, je la laissais faire, la serrant doucement aussi en la sentant grelotter. Quand elle me remercia, je souris doucement, elle n'avait pas à me remercier, après tout, j'étais peut-être juste égoïste en cherchant à la réconforter parce que je n'aimais pas la voir triste. Le silence s'installa entre nous ensuite, je ne voulais pas la perturber, elle avait besoin de se calmer et pour ceci, il fallait que l'on soit calme.

Vicky finit par prendre mes mains et part les serrer doucement dans les siennes en me souriant. Est-ce qu'elle allait vraiment mieux ? Ou est-ce qu'elle souriait pour que j'arrête de m'inquiéter pour elle ? Je n'en avais aucune idée, mis je lui souris également. Elle essuya ensuite les ares qui coulaient encore le long de ses joues pales. Elle renifla ensuite et se redressa avant de me dire que l'on devrait partir d'ici. Elle avait raison, prendre l'air lui ferait sûrement le plus grand bien. J'hochais alors la tête en souriant toujours légèrement.

« Tu as raison. Tu as besoin de prendre un peu l'air. »

Elle se leva en première et tira sur mes mains pour m'aider à me relever. Je me relevais donc et garda ses mains dans les miennes pour qu'elle sache que j'étais là, qu'elle n'était pas seule. Elle finit par me prendre dans ses bras. Je passai donc également mes bras dans son dos et je la serrais doucement, un fin sourire aux lèvres, j'étais heureuse de voir qu'elle ne pleurait plus, qu'elle semblait aller un peu mieux que lorsque j'étais arrivée. Elle embrassa ensuite ma joue avant de remercier en Allemand.

« De rien » Lui dis-je en souriant.

Elle me proposa ensuite que l'on aille se promener et j'hochais la tête. Faire une petite sortie juste entre nous serait très plaisant. Après tout, on avait eu rarement 'occasion de se retrouver pour parler depuis que j'étais arrivée. Elle me parla alors du fait que j'avais un soupirant. Je me mis à rire légèrement, elle devait parler de Trevor. Il était vrai que j'avais aussi l'impression qu'il tentait de me draguer, mais est-ce que je l'aimais ? Je ne savais pas vraiment, qu'est-ce que je lui dirais si il me demandait de sortir avec lui ? Je ne savais pas.

Vicky s'accrocha à mon bras et on commença à marcher vers la sortie alors que je ne lui avais même pas encore répondu. J'eus alors un petit sourire amusé avant de lui répondre que j'avais bien un soupirant.

« Tu dois parler de Trevor. Je ne sais pas comment tu as fait pour savoir, je crois qu'il n'est pas à Wynwood. Mais oui, je crois que c'est un soupirant. Et toi ? Tu as quelqu'un qui te fait la cour ma belle ? »

On quitta ensuite l'atelier tout en discutant toutes les deux, ça faisait du bien de discuter comme ça. J'espérais que ça lui changerait les idées et qu'elle ne penserait plus à ceux qui avaient pu la critiquer.


made by pandora.






HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Lâchage de pression urgente [Scarlett]-Terminé Empty
MessageSujet: Re: Lâchage de pression urgente [Scarlett]-Terminé   Lâchage de pression urgente [Scarlett]-Terminé Icon_minitimeDim 8 Déc - 20:44

La présence de Scarlett me réconfortait, ma peine et mes sanglot s'atténuaient à son contact. J'avais désespérément besoin de ce contact maternelle, celui que je n'osais plus demander à ma propre mère. C'était d'ailleurs pour ça, que j'adorais celle de Seb. Toujours à me prendre dans ses bras, à être heureuse de me voir, à me sourire en caressant ma joue. Elle l'était l'idéale dont j'avais toujours rêver. Plonger dans le creux de son cou, je pouvais sentir son parfum, il était doux, tout à son image. Je refermais mon étreinte autour d'elle, me serrant si fort en grelottant. Mes paupières étaient lourde, mon nez encombré, mon humeur fatiguée. J'adorais la bienveillance de l'allemande. Je ne pourrais jamais la remercier autant que je le voudrais. Je voulais lui raconter, lui raconter tout, pour qu'elle comprenne, qu'enfin quelqu'un comprenne ce qui me rongeait de l'intérieur, ce qui me renvoyait un reflet terne dans le miroir. Ce qui hantait chacune de mes nuits, sans me laisser le luxe de pouvoir me reposer correctement. Plongeant dans son regard doux, je me sentais déjà un peu mieux.

« Merci Scarlett. »

J'étais réellement prête à tout lui raconter, mais je réalisais à quel point ce vœux était égoïste. Mon fardeau ne devait pas être porter par une autre jeune fille, je ne méritais pas ce geste après tout. Six ans en arrière, j'avais été lâche, j'ai céder à la facilité, à l'envie de vivre. Je n'ai pas à alléger le poids de ma conscience pour une bousculade dans les couloirs du lycée. C'était un maigre prix à payer pour ce qui s'est passé dans ce souterrain.

Je pressais les mains de mon amie, esquissant un sourire, essayant de lui montrer que j'allais de mieux en mieux. J’essuie mes larmes du revers de mes mains. Mon nez et mes yeux cernés, étaient rouges. Rien d'étonnant. Je reniflais un bon coup et je redressais les épaules.

« On devrait peut-être partir d'ici ? »

Je frottais encore mon visage, toujours sous l'émotion. Ma culpabilité était toujours présente, mais pleurer à chaudes larmes m'avait fait énormément de bien. J'avais même sommeil, même si je craignais quels rêves m'était réservés cette nuit. C'était ma vie, elle était ainsi. En voyant le visage de Scarlett, je réalise à quel point, j'étais loin de faire partie de ce monde. Ma conscience s’estimait mille fois plus heureuse, dans mon monde imaginaire. Je vivais pas procuration dans mes romances et mes aventures. Liam apportait beaucoup d'idées à mon moulin, sa gentillesse me touchait, son look m'inspirait, sa présence m'attirait. Je me relève, en tirant les mains de Scarlett pour la relever avec moi. Je la prends dans mes bras, me serrant fortement, à nouveau, contre elle. J'embrasse sa joue.

« Danke » Dis-je en souriant. « Ca te dit de sortir d'ici et d'aller se balader dehors ? Je crois que je me suis assez enfermée comme ça pour la journée. Puis j'ai ouïe dire que tu avais un soupirant ? »

Je m'accroche à son bras, l'attirant doucement vers la sortie. Laissant derrière moi, la guitare hors de son étui, sachant pertinemment que j'allais revenir pour la ranger ou en jouer à nouveau.


[HRP : On peut clore le rp ici, si tu le souhaite, ou si tu veux répondre une dernière réponse, as you wish !]
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Lâchage de pression urgente [Scarlett]-Terminé Empty
MessageSujet: Re: Lâchage de pression urgente [Scarlett]-Terminé   Lâchage de pression urgente [Scarlett]-Terminé Icon_minitimeDim 17 Nov - 0:14

Lâchage de pression urgente
Cause when we are good, we're grand, but when we're bad we are very bad. But I stick around 'cause the love that you're giving me is the best I've ever had. Oh, oh, oh, oh. And it's funny to me, the way that things have worked out. There's no doubt in my mind that you can't recall what this all was about. So let's give it up. Love me sweetly and completely Come and sit beside me 'cause you know I need you near. When you're wheelin' with that feelin' we'll paint the town pink 'cause baby, red is so last year.



Alors que j'étais dans le bâtiment des Alpha Psi, j'étais tombée par hasard sur Vicky, dans l'atelier, qui ne semblait pas aller bien. J'étais donc allé vers elle et lui avait demandé ce qu'il se passait. Elle m'avait alors rapidement expliqué qu'elle avait craqué à cause de la pression et à cause des méchancetés que pouvaient dire les autres sur elle. J'avais alors essayé de la rassurer en lui disant que je ne comprenais pas que l'on puisse dire du mal d'elle et que ceux qui le faisaient n'étaient que des idiots, mais cela n'eut pas l'effet que j'attendais. Au lieu de la rassurer, cela sembla la rendre encore plus triste. Elle me dit alors qu'ils n'étaient pas idiots, que c'était elle qui n'était pas gentille. Là, je ne comprenais pas. Vicky était l'une des personnes les plus gentilles que j'avais rencontrées aux États-Unis, je ne pouvais donc même pas songée qu'elle puisse ne pas être gentille.

« J'ai beaucoup de mal à te croire, tu es tellement gentille, il est impossible que quelqu'un puisse penser le contraire. Même toi, je ne te laisserais pas penser ça de toi. »

Juste après, je vois qu'elle va encore plus mal, je la prends donc tout naturellement dans mes bras et la garde contre moi en silence pendant quelques instants. Je finis tout de même par briser le silence en lui demandant qui avait dit des méchancetés sur elle au point de la mettre dans cet état. Elle ne répondit pas tout de suite, jouant nerveusement avec ses ongles et évitant de croiser mon regard. Elle était visiblement gênée et mal à l'aise. Je ne pouvais pas lui en vouloir, je serais sûrement dans le même état, si quelqu'un me voyait alors que je déprimais en repensant à mon frère,qui ne me parlait toujours pas, et à mes parents. Je sortis de ma réflexion en l'entendant parler. Elle dit quelque mot avant de se taire quelques secondes, elle enchaîna ensuite m'expliquant. Elle me parla d'une certaine Inaya qui la prenait pour un monstre et d'un Charles chez les Sigma Mu qui, selon ses dires, s'amusait avec des choses qu'il croyait connaitre.

Je ne comprenais pas vraiment, pourquoi Inaya la prenait pour un monstre et ce que Charles croyait connaitre. Une chose était sûre cependant, c'était que ce Charles savait quelque chose sur Vicky et jouait avec ça. Je ne dis rien, réfléchissant un peu, lorsque Vicky me demanda si je me souvenais qu'elle m'avait avoué avoir eu une année difficile lorsqu'elle était enfant. J'hochais alors la tête, oui je m'en souvenais, quand elle me l'avait dit, je n'avais pas posé plus de questions pour ne pas la gêner et la forcer à m'avouer des choses qu'elle ne voulait pas forcément dire.

J'eu à peine confirmé m'en souvenir que je la vis trembler. Je pris donc ses mains dans les miennes avant de les lâcher pour la reprendre dans mes bras, tentant de la rassurer du mieux que je le pouvais par ma présence et je lui murmurais quelques mots réconfortant, en Allemand. Vicky me confia alors qu'elle n'avait pas été honnête et qu'elle n'était pas normale. Je fronçais alors un peu les sourcils, ne comprenant pas ce qu'elle voulait dire. Elle m'expliqua alors qu'elle avait toujours peur et qu'elle était bizarre, que tout le monde finissait par s'en rendre compte, que je ne serais pas une exception.

Elle se dégagea ensuite de mon étreinte pour poser ses mains sur ses tempes, elle semble vraiment souffrir et je ne savais pas quoi faire, je m'en voulais vraiment de ne pouvoir rien faire pour mon amie. Elle réussit tout de même à m'expliquer pourquoi elle avait toujours peur, elle me raconta ce qui lui était arrivé lorsqu'elle avait dix ans. Je ne pus m'empêcher d'être triste et désolée pour elle. Je posais doucement une main sur son épaule. Elle avait dû souffrir terriblement, enfin, ce n'était même pas une supposition, c'était sûr. Je comprenais parfaitement qu'elle soit encore traumatisée par ceci, n'importe qui le seraient à sa place. Même si elle ne m'avait pas dit ce qui lui était arrivé, plusieurs scénarios se formaient déjà dans mon esprit, tous étant traumatisant pour une enfant de dix ans qui ne savait pas si elle pourrait rentrer chez elle un jour et revoir ses parents.

Ma main toujours posée sur l'épaule de Vicky, je l'attirais à moi une nouvelle fois. Cette fois-ci, je tentais de la bercer en lui caressant les cheveux pour l'aider à se calmer. Je savais que lorsque je paniquais enfant, ma mère faisait toujours ça pour me calmer et ça marchait, j'espérais donc que ça marcherait aussi avec Vicky.

« Tu n'es pas obligé de me raconter Vicky, calme toi, tu es en sécurité à Wynwood » Dis-je calmement

Je la gardais ensuite encore quelques instants contre moi avant de m'éloigner un peu pour la regarder. Je posais mes mains sur ses joues et lui fit un léger sourire qui se voulait rassurant. Je n'avais pas de raison de la trouver bizarre après ce qu'elle venait de me dire, au contraire. Je l'aurais trouvée bizarre si elle m'avait parlé de ceci sans rien ressentir, comme si ce n'était pas grave.

« Je ne te trouve pas bizarre, même avec ce que tu viens de me dire. Au contraire, je trouve que ta réaction est normale. Si j'avais été enlevée enfant, je pense que je serais encore pire que toi aujourd'hui »


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Lâchage de pression urgente [Scarlett]-Terminé Empty
MessageSujet: Re: Lâchage de pression urgente [Scarlett]-Terminé   Lâchage de pression urgente [Scarlett]-Terminé Icon_minitimeDim 10 Nov - 21:30

J’aimais bien Scarlett car elle était une fille douce, jusque dans ses paroles. Son visage collait parfaitement à l’image que je m’étais faite d’elle. Je sentais en moi une boule de remord ronger mon estomac et sa présence suffisait pour l’alléger. C’était toujours dans ces moments que je regrettais de ne pas avoir mon père près de moi, ou Seb. Si j’avais besoin d’affection, ma mère n’était d’aucun secours. Mon père me prenait plus facilement dans ses bras, bien qu’en grandissant, la fréquence de ses étreintes se raréfiait. Non pas parce qu’il ne m’aimait pas, mais certainement parce qu’il devait se sentir impuissant face à mon comportement dérangé que j’adoptais en intimité. Consolé une gamine qui a vécu un cauchemar était simple, il y avait une raison. Six ans plus tard, n’était-il pas temps de la réveiller ? C’était ce que je me ressasser sans cesse, pire que la plus entraînante des chansons.

« Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, mais je t'assure que je ne comprends pas la personne qui a pu dire du mal de toi. Tu es une des personnes les plus gentilles que je connaisse. Si certains disent l'inverse ils sont idiots »

Je sais pertinnement que ses paroles sont là pour me rassurer, mon réconforter, mais j’étouffe un énorme sanglot, comme si elle venait de me poignarder en plein cœur. Je secoue la tête, je redeviens incapable de penser correctement.

-Ils… sont pas idiots… je ne suis pas gentille.

Un titan pesant des tonnes tambourines mes épaules et je m’affaisse sur moi-même, le poids de la culpabilité me rongeant de l’intérieur. Elle me prends dans ses bras et j’imagine une énergie lumineuse s’évader de son corps pour envahir le mien et calmé ma peine. Ce soir, je connaissais déjà qu’elle serait le sujet de mes cauchemars. Les filles seront là, elles vont me regarder, me pointer du doigt, crier contre moi, pleurer… L’horreur de mon imagination et de mes souvenirs me compresse les poumons.

« Qui a pu dire des méchancetés sur toi pour que ça te mette dans cet état ? »

Je regardais le sol sans pouvoir fixer ses yeux, me sentant pas vraiment la plus fière. J’arrachais les cuticules de mes ongles avec mes doigts comme un tic nerveux et tentait de reprendre une respiration simple, même si elle était parfois saccader de soupire nerveux.

-C’est juste que…

La voix des deux enfants habitant dans ma tête rigolent et cris à la fois.

-Les trucs usuels, Inaya me fait me sentir comme un monstre, Charles des Sigma Mu s’amuse avec certaine chose qu’il prétend connaitre…

Je lève les yeux vers elle, voyant clairement qu’elle n’y comprenait rien. Je fronce les sourcils, j’aurai bien du comprendre, qu’en la côtoyant réellement, et pas par simple courrier, j’allais devoir être honnête avec elle. Je me mords la lèvre et j’inspire profondément.

-Tu te souviens quand j’ai dit que j’avais eu une année difficile étant petite ?

Elle acquiesce et la peur fait trembler mes mains. Les filles hurlent encore, me culpabilisant d’avantage d’avoir survécu et pas elle. C’était horrible d’en parler, je ne m’étais pas rendu compte à telle point je n’avais fait aucun progrès. Entourée d’Ari, Seb et Zack toute mon enfance, je m’étais habitué à être protégée ou rejeter par les gens qui m’entouraient, sans que je n’ai besoin de raconter quoi que ce soit. Le psy, les voisins, les flics, mes parents, ma famille, tous connaissait mon histoire, que ce ne soit pas le bouche à oreille, ce foutu livre ou les infos. Mais jamais, jamais on ne m’avait demandé mon histoire hors de mon premier témoignage sur l’affaire. J’ai même été protégée du procès d’un homme maintenant mort.

- Scarlett, je n’ai pas vraiment été honnête avec toi. Tu sais sur les lettres c’est facile, mais en vrai je suis pas normale… J’ai constamment peur, je dramatise tout, j’imagine le pire et parfois je me mets aussi dans les pires situations. Je suis bizarre et les gens s’en rendent compte, tu vas t’en rendre compte.

Les rires d’enfants mêlés aux pleures reviennent et je presse mes tempes, agacée, consciente de ma propre crise de folie.

-Quand j’avais dix ans… j’ai suivi un homme dans sa voiture… On m’a retrouvé presque un an plus tard dans un vieux bunker en forêt…

Je sautais les détails sordide de mon histoire, mes sourcils froncés par le chagrin et le traumatisme de mon passé.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Lâchage de pression urgente [Scarlett]-Terminé Empty
MessageSujet: Re: Lâchage de pression urgente [Scarlett]-Terminé   Lâchage de pression urgente [Scarlett]-Terminé Icon_minitimeDim 20 Oct - 23:53

Lâchage de pression urgente
Cause when we are good, we're grand, but when we're bad we are very bad. But I stick around 'cause the love that you're giving me is the best I've ever had. Oh, oh, oh, oh. And it's funny to me, the way that things have worked out. There's no doubt in my mind that you can't recall what this all was about. So let's give it up. Love me sweetly and completely Come and sit beside me 'cause you know I need you near. When you're wheelin' with that feelin' we'll paint the town pink 'cause baby, red is so last year.



Quand la musique s'arrêta, j'ouvris la porte et vit Vicky installée avec une guitare, qui pleurait. En la voyant, j'allais tout de suite la rejoindre. Je me mis accroupie devant elle je la questionnai sur ce qui lui arrivait et ce qu'il lui était arrivé pour qu'elle soit dans cet état. J'eu à peine finit de poser mes questions qu'elle craqua de nouveau et vint se blottir dans mes bras. Je passai mes bras autour d'elle et me mis à la bercer doucement pour la calmer tout en frictionnant son dos doucement. Elle semblait avoir vraiment besoin d'affection et de réconfort à ce moment-là et je voulais l'aider en la réconfortant du mieux que je pouvais, même si ce n'était pas grand-chose.

Après quelques instants, Vicky sembla se calmer, elle se libéra de mes bras et essuya les larmes qui avaient coulées le long de ses joues. Elle me remercia ensuite d'une voix cassée à cause des pleurs. Elle lui expliqua que c'était à cause de la pression qu'elle avait craquée. Je la repris alors dans mes bras et lui caressa doucement les cheveux pour l'aider à se calmer. J'avais envie de lui dire des mots réconfortants, mais en Anglais je n'en connaissais pas, ou plutôt, je ne savais pas comment les dire en Anglais de manière à ce qu'elle comprenne ce que je voulais dire.

« Calme toi, tout va bien, je suis là » Dis-je en Allemand, lentement.

Elle m'expliqua ensuite qu'elle avait l'habitude des rumeurs et des méchancetés à son sujet, mais qu'elle n'arrivait pas à s'y habituer. Je ne comprenais pas qui pouvait rependre des rumeurs sur elle ou même dire des méchancetés sur Vicky, c'était l'une des personnes les plus gentilles que j'avais rencontrées depuis que j'étais arrivée à Miami et même avant. Elle sourit ensuite, sûrement pour me rassurer, mais je restais inquiète. Je continuai de frotter doucement son dos pour l'aider à se calmer. Elle me dit ensuite qu'elle avait encore des efforts à faire au niveau de l'adaptation. Elle avait eu la délicatesse de parler lentement pour que je comprenne. Je lui souris un peu avant de répondre.

« Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, mais je t'assure que je ne comprends pas la personne qui a pu dire du mal de toi. Tu es une des personnes les plus gentilles que je connaisse. Si certains disent l'inverse ils sont idiots » Dis-je en employant quelques mots allemands.

Je la pris de nouveau dans mes bras avant de la serrer doucement. Je la lâchais ensuite et lui fit un léger sourire. Je n'étais pas douée pour réconforter les gens, mais je voulais faire de mon mieux pour la faire sourire et lui faire comprendre qu'elle était loin de mériter les méchancetés que l'on pouvait dire sur elle.

« Qui a pu dire des méchancetés sur toi pour que ça te mette dans cet état ? » Demandais-je.

Je voulais savoir afin de savoir quoi dire à peu près et aussi un peu par curiosité. Je voulais savoir qui avait pu mettre mon amie dans cet état. Je me répétais, mais je ne voyais pas du tout de raison de dire des méchancetés sur une personne comme elle. Pour les rumeurs, j'avais fait le rapprochement avec la voice, même si je n'étais pas tout à fait sûre.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Lâchage de pression urgente [Scarlett]-Terminé Empty
MessageSujet: Re: Lâchage de pression urgente [Scarlett]-Terminé   Lâchage de pression urgente [Scarlett]-Terminé Icon_minitimeJeu 17 Oct - 21:42


Atelier ◈ Vicky & Libre
Lâchage de pression urgente
This parasite inside me, I forced it out,
In the darkness of the storm