AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez
 

 Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar
Invité



Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Empty
MessageSujet: Re: Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose]   Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Icon_minitimeDim 5 Mai - 0:38

Alors que je pensais que la blonde allait de nouveau se braquer par rapport à la question que je lui avais posé, cloturant donc celle me concernant, elle choisit finalement d'y répondre. Elle m'informa que depuis toute petite, elle avait un certain besoin de martiriser les autres, cherchant à les énerver. Cela m'étonna quelque peu. Comment cela pouvait-il être possible? Qu'est-ce qui la poussait ainsi à vouloir enerver les gens? Pourquoi? Ca l'amusait? Qu'est-ce qu'elle voulait? Qu'est-ce qu'elle cherchait? Apparement, j'avais réagis différemment des autres, car moi, je n'avais su refouler mes émotions. J'étais impulsif, je ne pouvais pas me contrôler, alors je l'avais violenté comme elle avait pu le faire, sauf que moi ce n'était pas avec les paroles, mais avec les gestes. Chacun ses méthodes. Et apparemment, c'était ce qu'elle recherchait... Ou en tout cas, elle venait de comprendre quelque chose de mon attitude, je me demandais bien quoi car je ne la comprenais toujours pas plus après ses explications. Je la regardai attentivement, essayant de chercher une réponse dans ses yeux, fronçant les sourcils, je lui demandai d'une voix calme:

« Quoi? Qu'est-ce que tu as compris? »

Moi j'avais compris que mon cas était de pire en pire, car c'était la première fois que je m'en prenais à une femme. J'espèrais bien que ce soit la dernière. Est-ce qu'elle avait compris quelque chose d'elle, ou de moi?

Lorsque je m'étais excusé, elle me calma, me disant que tout ca était terminé. C'était vrai, j'étais redescendu de ma monté d'adrénaline, de ma pulsion de violence, car je l'avais extériorisé. Elle me disait de ne pas m'en vouloir, et qu'elle ne m'en voulait pas. Pourtant, moi, je m'en voulais toujours. Comment cela aurait-il pu en être autrement? J'étais un monstre... J'avais dépassé les limites. Je me sentais mal de ce que j'avais fait. Je le regrettais, et je ne pouvais le réparer, encore moins l'effacer. J'aurais voulu être quelqu'un d'autre. Je n'aimais pas ce que j'avais fait. Je n'aimais pas qui j'étais. Ce n'était pas la première fois que je me retrouvais dans cet état, car j'avais fait beaucoup d'erreurs dans ma vie. Mais ca ne m'était pas arrivé depuis que j'avais rejoint Ryan à Wynwood. J'avais l'impression de retrouver cet ancien moi, que je croyais loin derrière moi. Pourtant, il était bien là, n'attendant que l'occasion de se montrer.

Après ses paroles, Lily-Rose était toujours blottie contre moi. Elle me caressa alors la joue... J'en fus des plus étonné. Qu'est-ce qu'elle me faisait là? J'avais eu l'impression qu'elle me détestait, qu'elle cherchait à me descendre plus bas que terre en me ridiculisant et en voulant me voir souffrir... Et maintenant... Maintenant elle se montrait vulnérable, compréhensible, faible, tendre... Elle était tout et son contraire. Je voulais comprendre, elle m'intriguait. Mon regard descendit doucement sur ses lèvres, l'espace d'un instant. J'en étais soudainement attiré, ca en était encore plus incompréhensible. C'était ce genre de tentation qui vous dis que c'est mal, qu'on le sait, mais qu'on le fait quand même alors qu'on ne devrait pas, juste pour défier la raison. Non, je ne devais pas faire ca. J'avalai ma salive. La raison et moi ca faisait deux. J'agissais le plus souvent instinctivement, sans réfléchir... Je sentais sa main sur ma joue, j'avais l'impression qu'elle était demandeuse... Vous savez, on sent ce genre de chose. Je suis nul pour décrypter le sens cacher des mots, lire entre les lignes, mais ce n'est pas le cas pour ce qui est du langage du corps, de l'action.

Je me laisse emporter, la tentation est trop forte, je me penche vers ses lèvres, mais hésite un dernier instant à quelques centimètres d'elles. Qu'est-ce que je fous bon sang? Cette fille m'a provoqué, elle m'a dit des choses horribles... Je l'ai violenté. Je m'en veux, ok. Et maintenant quoi? J'ai envie d'elle? Non, ca ne va pas du tout. Je m'écarte au dernier moment. Je me sens complétement paumé, sans aucun repère. Je n'arrive pas à la cerner, et d'une certaine façon, elle m'attire, éveil en moi des envies. Mes impressions sont bouleversées, entre ma haine, mes remords et mes pulsions, mon désir. Ca en est trop pour moi. Je ne gère plus rien. Je dois sortir d'ici.


« Faut que j'aille soigner ca... »

Lui dis-je en lui montrant mon bras sur lequel j'appuyais toujours de ma main, sortant cette excuse qui était bonne dans cette situation.

« Et toi, tu devrais aller à l'infirmerie maintenant... »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Empty
MessageSujet: Re: Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose]   Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Icon_minitimeSam 4 Mai - 12:40

Si lui même ne se comprenait pas, alors comment Lily-Rose était censée faire pour l'aider, pour le soulager, pour le comprendre... En réalité, aucun des deux jeunes gens ne savaient ce qu'il se passait. Ils ne comprenaient pas leurs réactions respectives, encore moins celle de leur interlocuteur. Ce moment dans ces toilettes était à la fois curieux, mais également agréable. Oui, bien sur que c'était bizarre, mais si aucun des deux ne savaient ce qu'ils faisaient alors il n'y avait rien à décrire. C'était un moment quelconque, mystérieux, mais quelconque.

Aiden l'accusa de ne pas avoir répondu à sa question. A dire vrai, la blonde essayait de formuler la réponse en son fort intérieur. Mais c'était difficile. Comment faire comprendre à quelqu'un qui on était, comment on réagissait, si tout n'était que naturel et sous le coup de l'impulsion ? Elle était naturellement un monstre, il n'y avait que cela à comprendre. Et pourtant, l'Eta Iota sentait que le brun voulait dire autre chose par sa question, qu'il n'attendait pas qu'elle lui dise qu'elle était simplement cruelle. Il voulait sans doute comprendre comment elle fonctionnait, pour peut être ensuite lui expliquer comment lui il fonctionnait. Elle espérait alors que si elle se dévoilait ainsi, il en ferait de même.

"C'est une sorte de besoin. Depuis que je suis petite, ça m'amuse de martyriser les autres. On pourrait dire que je cherche une réaction particulière qui serait le point culminant de mon amusement. Et pour l'obtenir, ma "victime" doit s'énerver... Généralement, les gens ne font rien, ils auraient aimé pouvoir, mais ils n'osent pas. Toi, tu as osé et, je ne sais pas, c'est comme si je venais de comprendre quelque chose."

Puis elle lui avait dit qu'elle n'oserait jamais le dénoncer, car elle lui ferait du mal, et le mal, elle lui en avait bien assez fait. Ce à quoi, il avait répondu par un rire nerveux.

"Pourtant tu viens de faire pire.
- Et je viens de payer pour ça..."

Lily-Rose s'était retrouvée dans les bras d'Aiden. Bizarrement, elle se surprit à penser qu'elle voulait que le temps se fige et que tout reste ainsi pour toujours. De quoi parlait-elle ? Son coup à la tête l'avait-elle complètement sonné ? Elle ne pouvait pas ressentir... Ressentir quoi d'ailleurs ? C'était vrai ça, elle s'interdisait de ressentir quelque chose pour lui sans même savoir de quoi il en était. Elle n'était tout de même pas en train de tomber amoureuse de son bourreau, si ? Elle chassa cette pensée de son esprit quand Aiden commença à s'excuser. Il lui disait qu'elle l'avait mérité mais qu'il était allé trop loin, qu'il lui demandait pardon, qu'il n'arrivait pas à se contrôler... Il avait penché sa tête vers elle et la jeune femme pouvait contempler son visage, ses yeux... Ils étaient si proches qu'elle eut cette envie folle de l'embrasser. Elle se mit à rougir et se mordit la lèvre. Non, ce n'était définitivement pas le moment. Et pourtant, elle en mourrait d'envie.

"Chut, c'est fini maintenant. Tu n'as pas à t'en vouloir. Je ne t'en veux pas..."

Sa main droite toujours dans celle de son bourreau, la gauche vint caresser la joue d'Aiden. Lily-Rose n'avait pas su se retenir. C'était comme une force incompréhensible qui l'attirait vers lui, irrémédiablement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Empty
MessageSujet: Re: Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose]   Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Icon_minitimeVen 3 Mai - 18:55

La blonde me répondit que ca l'intéressait parce qu'elle voulait comprendre pourquoi elle avait aussi mal.

« Dans ce cas on est deux à vouloir comprendre. Tu n'as pas répondu à ma question non plus... »

Elle savait très bien que je lui parlais de ma question, un peu plus tôt, à savoir pourquoi elle m'avait provoqué de la sorte. Qu'est-ce qu'elle voulait, qu'est-ce qu'elle attendait de moi? Je ne lui dirais rien de plus tant qu'elle ne se justifirait pas de son comportement. Et puis, de toute façon, elle avait bien compris ce qui m'avait fait agir ainsi, c'était la vérité qui avait blessé, comme elle l'avait dit. Me parler de Marissa ainsi... Avec ce qui s'était réllement passé... C'était trop pour moi. Je ne l'acceptais toujours pas. Sa trahison m'avait anéantis, brisé. Je n'étais plus le même. Cette blonde me le confirmait, car avant, jamais je n'aurais osé levé ma main sur elle. Jamais. Et puis, j'avais tellement de haine en moi... Elle n'aurait pu comprendre de toute façon, même si je lui avais raconté toute ma vie -ce que bien sur je ne comptais pas faire. Mais il fallait avoir vécu ce que j'avais vécu, être passé par les mêmes galères pour essayer de me comprendre. Et même moi, j'avoue que j'étais loin de me comprendre moi-même, alors si c'était ce qu'elle voulait, elle ne risquait pas d'y arriver.

Elle afficha ensuite un aire surpris quand je lui avais suggèré d'aller répéter tout ca à l'infirmerie. Ce qui me fit afficher moi aussi un air surpris. N'était-ce donc pas ce qu'elle voulait? Peut-être voulait-elle me tromper elle aussi en jouant maintenant les saintes nitouches? Je ne comprenais plus rien. En fait, je ne comprenais rien depuis le début avec elle. Je ne la comprenais pas, elle et qui elle était.

Elle planta ensuite ses yeux bleus dans les miens d'une couleur presque semblable, mais plus claires et tirant vers le gris. Elle me répondit qu'elle ne pourrait jamais me faire ca, ce qui me fit presque pouffer de rire, nerveusement.


« Pourtant tu viens de faire pire. »

Lui fis-je remarquer, car je le pensais sincèrement. Je me fichais qu'elle aille se plaindre à l'infirmerie et raconte tout ca, que tout le monde soit au courant, même si ca me mettrait dans une sacrée merde. Mais elle m'avait bien plus blessé en me provocant de la sorte, me faisant sortir de mes retranchements, trahissant mes propres convictions, mes valeurs les plus profondes, les plus inébranlables. Mais elle n'était pas seule, Marissa n'y était pas pour rien. Cette violence que j'avais extériorisé sur la blonde était en partie destinée à Marissa.

La blonde m'avait blessé en me poussant à la blesser elle, ce qui était vraiment étrange. Savait-elle se qu'elle faisait? S'était-elle volontairement mise dans cette situation, comme si elle se donnait en sacrifice pour me faire encore plus mal, quite à souffrir elle aussi? Elle me donnait cette impression d'être prête à tout, impossible à cerner. Pas pour quelqu'un comme moi en tout cas, qui était direct et qui ne comprenais les choses que lorsqu'on me les disait explicitement. Je doutais donc de sa sincérité sur ce qu'elle m'avait dit, qu'elle ne pouvait pas me faire ca, puisqu'elle venait de me prouver qu'elle était capable de pire.

Contre toute attente, la jeune femme me pris la main, pour que je l'aide à la relever. Elle était vraiment imprévisible elle alors... A moins que ce soit parce que, sous le coup de mon énervement, je l'avais trop rapidement jugé, catalogué? A bout de force, la blonde tomba rapidement dans mes bras, s'effondrant sous sa douleur. Là, je m'en voulais vraiment. A cause d'elle, maintenant, je culpabilisais. J'étais un monstre. Elle avait su ravaler sa fierté pour que je l'aide, après ce que je lui avais fait, et maintenant, elle se présentait à moi, sous le nom de Lily-Rose, tout en me disant qu'elle était désolée...

Cette fois, je la cru plus sincère, car elle était dans mes bras, contre moi, et elle n'avait plus rien à perdre, elle souffrait. Alors pourquoi aurait-elle mentis? Je fronçai les sourcils, ce revirement de situation n'était pas évident pour moi. Ma colère était redescendue, pourtant, je n'y voyais pas très clair. La blonde s'excusait, alors que c'était elle qui était blessée...


« Oublies ca. »

Lui répondis-je brièvement, d'un ton détaché, car je ne lui en voulais pas autant que je le croyais. Finalement, j'en voulais plus à moi-même qu'à elle. Je ne me présentai pas à mon tour, puisqu'elle connaissait très bien mon prénom, alors je rajoutai:

« Je suis allé trop loin. Tu l'as peut-être cherché, mais je n'aurais pas du m'emporter comme ca... »

Je penchai ma tête vers elle pour la regarder alors que je l'aidais toujours à tenir debout.

« C'est moi qui suis désolé. »

J'étais sincère pour ma part. J'avais honte de mon attitude. Je ne voulais pas être ce sale type qui tape sur une femme, comme ceux sur qui j'avais déjà tant cogné.

« J'te demande pardon, vraiment. Je voulais pas être si violent... Quand c'est comme ca, j'arrive pas à me contrôler. »

Je voulais pas ce qui s'était passé, je le regrettais. Et pourtant, ca s'était passé. J'avais violenté une femme. Elle l'avait cherché, certes, mais elle avait prit bien trop cher pour ses provocations. J'aurais du tracer mon chemin sans la regarder, sans l'écouter... Mais ca, j'en avais toujours été incapable.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Empty
MessageSujet: Re: Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose]   Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Icon_minitimeVen 3 Mai - 11:08

La jeune femme sentait qu'elle avait mérité le traitement d'Aiden. C'était elle qui l'avait provoqué, elle qui l'avait poussé à bout par jeu, elle qui avait ri devant tout le monde de son malheur. Alors évidemment qu'il avait mal réagi. Mais Lily-Rose s'attendait juste à ce qu'il lui fasse peur, pas qu'il lui fasse si mal. Sa question avait alors été logique pour elle : pourquoi être aussi violent ? Y avait-il une explication particulière ? Parce que la blonde comprenait bien qu'elle l'avait cherché, mais l'étincelle de haine qu'elle avait vu briller dans ses yeux, elle n'avait pas vraiment compris d'où elle venait. Comme s'il en voulait au monde entier et que, ce jour là, Lily-Rose représentait ce monde entier. Alors oui, ça l'intéressait. Elle voulait juste comprendre pourquoi elle avait eu l'impression de prendre, pas uniquement pour elle, mais pour quelqu'un d'autre. Elle lui répondit donc avec une voix douce.

"Au point où j'en suis, oui ça m'intéresse. Ça m'aiderait à comprendre pourquoi j'ai aussi mal."

Oui, elle voulait comprendre ce jeune homme, elle voulait l'aider. Elle sentait que c'était exactement ce qu'elle avait fait en recevant ses coups. Elle sentait qu'il avait pu s'extérioriser, relâcher un peu de la pression et de la haine qu'il retenait en lui depuis... Lily-Rose commença à comprendre. C'était pour cette Marissa qu'elle prenait les coups, pour la souffrance qu'elle lui avait amené. Comme quoi une simple provocation pouvait engendrer tellement de choses.

"T'as plus qu'à aller à l'infirmerie, comme ca tu pourras raconter tout ca ! T'es contente, t'as ce que tu voulais?"

Lily-Rose jeta alors sur lui un regard surpris. Jamais elle ne pourrait dénoncer le jeune homme. Elle se sentait comme sa protectrice. Elle voulait tant l'aider. Elle ne pourrait jamais dire à quiconque ce qu'il s'était passé dans ces toilettes, elle voulait garder ça pour elle, comme un moment privilégié qu'elle avait passé aux cotés d'Aiden. C'était ici qu'elle l'avait découvert, peut être même compris. Alors pourquoi avoir cette image d'elle ? Ah oui. Elle savait pourquoi. La nature relativement cruelle de la jeune femme était assez dévastatrice. Elle ne comptait même plus le nombre de personne qui avait vu leur vie basculer en enfer à cause d'elle. Elle avait aimé les voir souffrir puis sombrer pour enfin pouvoir les achever en public. Mais lui. Elle ne pourrait pas faire ça. Quelque chose l'en empêchait. Un sentiment qu'elle ne comprenait pas, qui venait du plus profond de son coeur, ce même coeur qui, quelques minutes auparavant était froid comme la pierre. Ce fut donc tout naturellement qu'elle lui répondit, plantant ses yeux bleus dans les siens.

"Je ne pourrais jamais te faire ça..."

Puis il s'était rapproché. Lily-Rose n'avait plus peur qu'il lui fasse du mal et, quand bien même c'était ce qu'il avait prévu, elle se serait laissé faire. Oui, un sentiment assez bizarre se répandant en elle comme une traînée de poudre la paralysait. Elle écoutait, sans comprendre, cette sensation curieuse, guidant ses faits et gestes. Ce fut pour cette même raison que, quand Aiden lui tendit sa main en lui ordonnant de se lever, la jeune femme mit sa fierté de coté et attrapa cette main tendue.

En levant le bras droit, la douleur sur ses côtes fut comme décuplée, provoquant une grimace sur le visage quelque peu amoché de la blonde. Elle se cramponna alors à la main de son bourreau, comme pour se donner de la force. Elle avait si mal que sa vue commençait à se brouiller et qu'elle avait l'impression que son corps était en feu. Dans un dernier effort, elle s'aida de la main d'Aiden et se releva enfin. Mais le peu de force qu'il lui restait s'envola d'un coup et la jeune fille tomba dans les bras du brun, sa main toujours dans la sienne. Lily-Rose resta là un moment, reprenant un peu son souffle. Sa tête blonde contre le torse du jeune homme, elle pouvait entendre son coeur battre. Fermant les yeux, l'Eta Iota murmura à l'intention de son bourreau.

"Lily-Rose, je m'appelle Lily-Rose. Elle fit une petite pause et ajouta un mot, simple, mais empli de tout ce qu'elle ressentait en ce moment. Désolée..."
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Empty
MessageSujet: Re: Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose]   Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Icon_minitimeJeu 2 Mai - 23:06

Contrairement à ce que je lui avais demandé, ou plutôt ordonné, la blonde n'était pas décidée à partir d'ici, me bloquant donc le passage. Putain elle comprenait vraiment rien celle la ! Elle me demanda alors pourquoi j'étais si violent. Ben peut-être à cause d'elle? Cela ne lui est pas venu à l'esprit quand elle m'a provoqué? C'est bien ce qu'elle cherchait non? Alors elle m'avait trouvé... Néanmoins, je sentais dans sa question que ca allait bien plus loin que ca, et c'était ce qui me dérangeait. Car oui, j'avais une certaine violence en moi, que bien souvent, je ne pouvais contrôler. J'étais né comme ca. Du plus loin que je me souviens, j'avais toujours eu cette haine que j'avais besoin d'évacuer, tellement elle me possédait. Elle était plus forte que moi. C'était elle qui avait guidé mes actes et ma vie.

« Pourquoi ca t'intéresse? »

Lui répondis-je simplement parce que je ne comptais pas lui expliquer ce que moi-même j'avais déjà du mal de comprendre. Elle m'avait cherché, sans scrupules, me faisant volontairement du mal. Pourquoi s'intéressait-elle à ma violence? A moi? Mon malheur ne la regardait pas, elle ne me connaissait pas. Etait-ce qu'elle avait voulu en me demandant ca? Me comprendre? Drôle de façon de s'y prendre. C'était moi qui voulait la comprendre là, et elle n'avait pas répondu à mes questions précédentes... Elle m'avait cherché, je m'étais énervé, et maintenant, c'était comme si elle réalisait ma douleur et voulait me comprendre. Moi je ne comprenais plus rien de cette fille. Elle me paraissait encore plus incompréhensible que toutes les autres qu'il m'avait été donné de rencontrer.

Je ne l'avais pas contredis lorsqu'elle avait dit que la vérité faisait mal. Car elle avait raison. Elle avait visé juste. Elle devait être contente de me voir souffrir, non? Alors c'était quoi son problème? Elle était incapable de se trouver dans ce genre d'état, elle n'avait pas de sentiments, contrairement à moi? Je la regardai l'air quelque peu perplexe. Ma tension était redescendu, et je remarquais qu'elle avait quelques hématomes en formation, ce qui me faisait me repprocher mon attitude. Et ca y est, voilà que je culpabilisais. Finalement, je pouvais avoir pitié d'elle... Et merde ! J'aurais du partir d'ici en courant.


« T'as plus qu'à aller à l'infirmerie, comme ca tu pourras raconter tout ca ! T'es contente, t'as ce que tu voulais? »

Lui dis-je d'un ton de défis. C'était ce qu'elle cherchait, non? Moi je m'en foutais de toute façon, j'avais connu des emmerdes bien pires que ca... Bon, d'accord, j'avoue, taper une femme, c'était vraiment moche... J'en avais honte et j'aurais préféré qu'elle se taise plutôt que de tout raconter. Mais comme j'avais pu voir sa grande gueule, je me doutais que bientôt, tout le lycée serait au courant de ca. Alors, je me faisais à l'idée que c'était déjà trop tard. Qu'elle fasse ce que bon lui plaise. Mais elle devait se soigner... tout de même. Je n'aimais pas la voir ainsi finalement. Je m'approchai d'elle.

« Allez, lèves-toi... »

Je soupirai et lui tendis ma main droite, ma main gauche tenant toujours mon bras droit ensanglanté par le bout de miroir, pour éviter que le sang coule. Nous étions deux blessés, comme quite, et pourtant, j'avais l'impression qu'elle était pire que moi. Moi, ma blessure était intérieure. Je l'avais tellement amochées... J'aurais compris qu'elle ne prenne pas ma main, par fierté, mais au moins, j'avais tenté ce geste, me résignant devant le fait accomplis que j'étais coupable, malgré ses provocations. Je pense que le fait que je ne la comprenne pas me rapprochait d'elle d'une certaine façon, car ca m'intriguait. Comme je le pensais, je ne pouvais lui être indifférente, ca voulait dire que quelque chose chez elle me touchait involontairement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Empty
MessageSujet: Re: Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose]   Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Icon_minitimeMar 30 Avr - 14:37

Sur le coup, elle avait juste voulu sortir de cette maudite pièce. Elle avait simplement eu cette envie de survivre et de fuir ce fou furieux qui l'avait martyrisé. C'était une réaction tout à fait normale. Lily-Rose n'était absolument pas masochiste. Au contraire, le moindre mal la faisait hurler de douleur. Ou alors était-ce une parade, un masque pour mieux jouer son rôle de peste ? Non, elle ne jouait pas un rôle, elle était cruelle et aimait cette partie en elle. Son coté douillette était simplement un moyen de mieux duper les autres pour mieux les avoir ensuite. Mais dans ces toilettes, avec le personnage qui se tenait face à elle depuis de longues minutes déjà, elle pouvait laisser tomber et montrer à quel point elle était forte. Oui, mentalement, elle avait une force sans nul doute supérieur à énormément de monde. Mais physiquement, c'était une autre histoire...

Ainsi, quand Aiden lui laissa l'occasion de fuir, lui demandant de la manière la plus polie de dégager, elle ne bougea pas. Lily-Rose avait simplement relevé la tête vers lui et l'avait regardé sans comprendre. Son adversaire faiblissait-il ? En avait-il marre de jouer avec une poupée de chiffon ? Ou n'avait-il simplement plus envie de voir sa tête tant elle le dégoûtait ? La jeune femme l'ignorait. Oui, elle aurait aimé partir, mais elle en était incapable. D'une part parce qu'elle ne pouvait vraiment plus bouger. Ses côtes la faisait souffrir, sa tête s'était remise à tourner et quelques hématomes venaient d'apparaître ça et là sur sa peau nue. D'autre part, elle ne voulait pas partir et laisser son bourreau seul. Elle était pourtant toute proche de la porte, mais le personnage l'intriguait, l'attirait d'une manière assez curieuse. Elle ne pouvait s'expliquer et s'était sans doute mieux ainsi.

Sa tête toujours relevée vers Aiden, Lily-Rose se racla quelque peu la gorge et essaya de formuler une réponse.

"Je... Tu... Pourquoi tant de haine et de violence ?"

Sa respiration saccadée l'avait jusque là empêché de formuler correctement ses phrases. Ah oui, c'est vrai qu'elle avait du mal à respirer depuis un moment. Elle toussa un peu, et essaya de regarder la blessure qu'elle avait aux côtes droites, attendant la réponse de son bourreau. Lily-Rose souleva son t-shirt, doucement, car chaque mouvement la lançait et s'aperçut finalement de ce qui lui faisait si mal. Un énorme hématome rouge violacé couvrait pratiquement tout son flanc droit. La blonde écarquilla les yeux et essaya de palper un peu sa blessure. La violente douleur qui en ressorti la stoppa net dans son élan.

"La vérité fait mal à ce point alors..."

Lily-Rose émit un triste sourire. Seule la vérité pouvait blesser à ce point. La jeune fille réalisa alors qu'elle ne pouvait le laisser seul, pas par pitié, mais parce qu'elle commençait à s'attacher à lui, à sa souffrance. Bizarrement, elle ressentait ce besoin de le soulager, d'être là pour lui... Sensation bizarre à situation bizarre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Empty
MessageSujet: Re: Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose]   Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Icon_minitimeMar 30 Avr - 0:17

Je regardais maintenant attentivement la blonde, attendant un signe d'elle, quelque chose qui l'aurait trahis, me permettant de la comprendre, ou du moins, de savoir ce qu'elle voulait pour agir de la sorte avec moi. Elle ne me répondit pas. Elle se leva, tant bien que mal, et c'est là que je me rendis compte que j'y étais vraiment allé trop fort. Elle avait l'air d'avoir mal. Mais je n'avais toujours pas pitié d'elle, non... J'avais trop de haine, trop de rancoeur, et trop d'orgueil pour ca.

Je remarquai qu'elle tenait un bout de miroir dans sa main, et sans que je ne m'y sois préparé, alors qu'elle avait l'air d'être plus faible qu'un nouveau né, elle me lança violemment le morceau de verre qui se planta dans mon bras droit.


« Sale garce ! »

M'exclamai-je en faisant la grimace, essayant de retirer le bout de miroir. Ca me faisait mal, mais ce n'était que physique. J'avais déjà connu bien pire. On s'habituait à la souffrance physique, contrairement à celle mentale qui me torturait l'esprit en ce moment même. Je jetai le morceau de verre couvert de mon sang au sol, qui résonna dans les toilettes. Je me retournai vers la jeune femme. J'avais entendu qu'en voulant fuir, elle était tombée à terre, derrière moi. Elle avait tenté de me tromper, elle m'avait pris par surprise, vicieusement, et je reconnaissais là toute la puissance de manipulation dont les femmes étaient capables.

Mais à présent, elle se retrouvait de nouveau dans une très mauvaise situation. Sa fuite avait échoué. Elle était à ma merci. Je gardais ma main plaqué contre mon bras, pour éviter que le sang ne coule de trop. Il fallait que je rentre rapidement au bâtiment de ma confrérie, que je me fasse un pansement. Or de question que j'aille à l'infirmerie bien sur, je ne voulais pas ma justifier. Et puis, quand on avait vécu un an dans les rues, on apprenait des tas d'astuces pour se guérir par soi-même, je ne voulais avoir à faire à personne. Je me débrouillerais seul, comme d'habitude. Cette confrontation allait me laisser cette cicatrice, je n'étais pas prêt de l'oublier. Comme toutes ces autres cicatrices que je portais sur moi et en moi.

Je m'approchais de la blonde. Je la voyais tellement faible. Je n'avais plus envie de lui faire quoi que ce soit qui aurait pu la rachever. Ca n'en valait même pas la peine, je n'aurais éprouvé aucune satisfaction à le faire. C'était trop facile. Ma colère avait quelque peu redescendu. Elle était tellement minable, couchée ainsi de tout son long... Sa tentative avait échoué. J'étais bien plus fort qu'elle, bien au dessus de tout ca finalement.


« T'as perdu ta langue on dirais ! »

Lui fis-je remarquer amèrement, en lançant un 'pfff' qui prouvait toute l'estime que j'avais la concernant. Ca lui servirait de leçon de parler autant de choses qui ne la regardaient pas. Comme elle se trouvait sur mon passage, mais que je ne comptais pas l'enjamber pour sortir car elle aurait encore bien été capable de m'attraper une jambe pour me faire tomber, acharnée comme elle était, je lui dis de toute la haine qui était la mienne:

« Alors maintenant dégage ! »

Je la laissais s'en aller. Qu'elle se tire ! Et vite ! Je ne voulais plus la voir. Je ne voulais pas profiter de cette situation pour m'acharner sur elle de plus belle. Je l'avais déjà bien assez fait, j'étais allé trop loin et je le savais. Alors qu'elle parte maintenant, je ne la retenais pas.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Empty
MessageSujet: Re: Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose]   Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Icon_minitimeLun 29 Avr - 21:47

Le carrelage était froid contre sa tête. C'était la seule chose sur laquelle elle pouvait se concentrer pour le moment. Le seul repère qu'elle avait dans cette pièce où tout tournait, où tout était flou. La seule chose à laquelle elle se raccrochait pour s'empêcher de sombrer, de perdre connaissance. Ça ferait plaisir à son agresseur de la voir diminuer a tel point qu'elle ne pourrait même plus rester éveillée. D'ailleurs, où était-il celui là ? La jeune fille essaya de se concentrer un peu plus et entendit Aiden se déplacer dans la pièce. Il marcha lentement et s'arrêta un petit moment. Puis, il hurla et cogna sur quelque chose qui se brisa. Lily-Rose sentit les débris de cette chose se fracasser sur le sol et l'un d'entre eux lui entailla la joue. Elle fit une grimace de douleur tout en portant sa main à sa nouvelle blessure. Elle sentit un liquide visqueux sur celle-ci, trop épais pour que ce fut de l'eau ou des larmes. Elle essaya de se redresser. Ses bras tremblants tentaient tant bien que mal de supporter le poids de son corps. Les jambes encore allongées sur le sol, elle releva son buste avant de se tordre de nouveau de douleur et de retomber mollement sur le carrelage. Tout le coté gauche au niveau de ses côtes n'était que douleur, le genre qui vous paralyse et vous déchire à chaque mouvement.

Ce fut à ce moment précis qu'il se tourna vers elle, la jeune femme pouvant discerner les contours de sa silhouette. La vue de la blonde ne s'était pas encore totalement guérie du choc reçut à la tête, mais elle pouvait quand même l'entendre lui dire qu'elle ne valait pas mieux que lui. Ne l'écoutant pas, elle ferma les yeux et essaya de nouveau de se relever, en vain. Ses côtes la lançaient et sa tête tambourinait. Elle porta une main à son crâne, comme pour calmer le martèlement et ferma les yeux un instant. Quand elle les rouvrit, elle pouvait clairement voir qu'il la regardait de haut, avec dédain, sans aucune pitié. Il était énervé et ne semblait pas le moins du monde concerné par les blessures de la jeune femme.

Il lui demanda ce qu'elle voulait, si elle n'avait rien de mieux à faire, si ça l'excitait de se faire agresser... Elle ne répondit pas, se contentant de le regarder avec haine et dégoût. Il l'avait fait, il avait frappé quelqu'un, une femme qui plus est. C'était le premier à répondre aux attaques de la blonde, le premier à réellement mettre ses menaces silencieuses à exécution. Elle se rendit alors compte qu'elle avait un adversaire de taille face à elle, même plus fort qu'elle.

La jeune fille rassembla sa force, le peu qu'elle avait et se releva, lentement, s'aidant des cabines de toilettes qui l'entouraient. Ses jambes tremblaient et sa main s'agrippait comme elle le pouvait à l'infrastructure. Dans l'autre, elle tenait un bout de miroir, tranchant, qu'elle ne tarda pas à lancer sur son agresseur, se plantant le bras du jeune homme.

Sans plus attendre, elle se précipita vers la sortie. Mais c'était sans compter le sol glissant à souhait. Lily-Rose s'étala alors de tout son long sur le carrelage, ravivant la douleur de ses côtes, et poussant un petit râle accompagné d'une grimace. Elle était de nouveau à la merci de son agresseur et le peu de chance de sortie qu'elle avait venait de lui passer sous le nez. Elle lança un regard vers Aiden, essayant de voir ce qu'il allait faire ensuite. Lily-Rose ne pourrait que subir : elle n'avait pas assez de force pour ce relever pour le moment...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Empty
MessageSujet: Re: Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose]   Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Icon_minitimeMer 17 Avr - 21:58

[hj: juste un petit détail pour le rp: évite de jouer mon perso, je veux le faire réagir moi-même. Si tu attends certaines choses, tu peux toujours me les envoyer en MP et j'aviserai ensuite... merci ^^]

Le jeune femme avait d'abord parut aussi provocatrice que lasse, comme si elle me testait et que finalement, elle n'attendait qu'une chose: que je la frappe. Et en même temps, c'était comme si elle m'en croyait incapable. Et c'est vrai que je me retenais, car ca lui aurait fait trop plaisir... Avait-elle conscience du danger que je représentais? Du mal que j'étais capable de lui faire? Je ne pense pas... Elle ne savait rien de moi, elle ne réalisait pas vraiment que je n'étais pas comme les autres types qu'elle fréquentait.

Puis la blonde changea d'attitude. Lorsque nous fûmes seuls et que je la retenais, la maitrisant facilement afin de pouvoir en faire ce que bon me plaisait, elle semblait en situation bien inconfortable. Elle essayait de se débattre, en vain, car je ne comptais pas la lâcher comme ca. J'aurais voulu lire son appréhension dans ses yeux, mais pas seulement. J'en voulais plus que ca... Je voulais lui faire payer. J'aurais voulu qu'elle me rende indifférent, mais ce n'était pas le cas, j'en étais incapable. Je ne contrôlais pas mes émotions. Je ressentais beaucoup de haine pour elle et son attitude. Nous étions dans une situation assez délicate. Très proches l'un de l'autre. Je ne m'approchais jamais comme ca de qui que ce soit. Mais là, je n'avais pas vraiment le choix, je la coinçais. Et nous étions seuls dans ces toilettes, c'était presque intime entre nous.

La jeune femme s'adressa à moi, presque suffocante car j'exerçais une certaine pression sur elle. Elle me dit que je n'était qu'un lâche, qu'un homme faible ne sachant se défendre que par sa violence. Cette image de moi ne me plaisait pas, mais je savais qui j'étais... Et encore une fois, elle avait raison à mon sujet. La violence m'avait accompagné depuis mon enfance, c'était mon seul moyen de défense, mais pas le moindre puisque ma haine m'avait fait avancer, aussi paradoxal que celui puisse paraître, car c'était aussi ma haine qui me mettait dans la merde. J'étais lâche de m'attaquer à une femme... C'était vrai, elle ne faisait pas le poids, mais je ne pouvais pas passer outre après une telle provocation de sa part. Elle m'avait touché à vif. J'en avais rien à foutre d'être un lâche.

Me laissant emporter par ma colère, j'émis un cris d'énervement en l'envoyant bouler contre les cabines des toilettes. Elle partis comme une plume légère, mais ce fut pour mieux se fracasser ensuite. Elle s'effondra au sol. Je ne remarquai même pas qu'elle s'était cogné la tête. Je n'avais pas su me maitriser. Je voulais lui faire payer ses propose, lui donner une leçon dont elle se souviendrait... Et surtout, je voulais évacuer ma haine envers elle et tout le reste. Comme elle était à terre, je ne lui portai pas plus d'attention. Si j'avais agis ainsi, je ne comptais pas la secourir ensuite. Je me dirigeai instinctivement vers le lavabo... Et vis mon reflet dans le miroir. Je ne le supportais pas. Ce que je venais de faire... J'étais un lâche, comme elle l'avait dit, même si elle ne valait surement pas mieux que moi. Je serrai les dents à nouveau, les mains appuyées sur le lavabo, ma tête basse fixant le robinet. Puis je m'emportai à nouveau, donnant un coup de poing dans le miroir, le faisant voler en éclat.


« Eh Merde, putain ! »

Articulai-je dans la foulée, incapable de me contenir. J'avais envie de tout fracasser... Comme la soir où Marissa m'avait appris m'avoir trompé. Ma main était de nouveau en sang, mais je m'en fichais, cette douleur là était bien moindre comparée à celle que je ressentais intérieurement. A cause de cette fille... C'était elle la coupable...

Je me tournai vers elle, la respiration encore agitée sous le coup. Je n'étais pas calmé, loin de là.


« Je suis peut-être un lâche, mais tu ne vaux pas mieux que moi ! »

Et en cela, je ne regrettais pas mon attitude. C'était peut-être une femme... Mais quelle différence au juste? Les femmes étaient sournoises, tout aussi dangereuses que nous les hommes finalement. Nous n'avions juste pas les mêmes méthodes, et je venais de lui faire connaître la mienne. Ca ne lui reprendrait pas deux fois de m'interpeller comme elle l'avait pas. Je n'avais pas de pitié à son égard, car je ne l'estimais pas, je ne la respectais donc pas. Je restai immobile, la regardant de toute ma hauteur, avec un certain dégout la concernant. Elle n'était rien du tout. Qu'une petite chose insignifiante recroquevillée. Pourquoi avait-elle eu ce besoin de me provoquer alors qu'elle ne me connaissait pas? Je ne la comprenais pas.

« Qu'est-ce que tu veux au juste? »

Lui demandai-je méchamment, allant droit au but, car j'étais quelqu'un de direct. Elle critiquait ma violence, pourtant, elle l'avait cherché. Elle n'avait eu que ce qu'elle avait voulu.

« T'as rien de mieux à faire de tes journées, tu t'ennuies à ce point? Ca t'excite de te faire agresser, c'est ca? »

Sa vie devait être ennuyante pour qu'elle cherche à exister ainsi. Je la regardai droit dans les yeux, toujours aussi impassible, essayant de la cerner. Non, vraiment, je n'avais aucune pitié à son égard. Dans les rues, j'avais déjà connu des femmes complètement paumées, voir droguées, qui étaient dérangées et faisaient n'importe quoi... Peut-être qu'elle était pas très nette, elle aussi. Que c'était son kiff de se faire violenté. Je ne sais pas, je ne connaissais pas bien les femmes. Même Marissa, je ne l'avais pas comprise. Quelque part, j'étais un peu comme ca aussi, cherchant mes limites et m'attirant des ennuies... Mais pour une fille... C'était étrange qu'elle agisse de la sorte avec moi. Je ne m'étais jamais confronté à une telle situation. Je n'avais jamais levé la main sur une femme avant elle. Je n'en tirais évidemment aucune fierté.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Empty
MessageSujet: Re: Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose]   Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Icon_minitimeMer 17 Avr - 10:04

Lily-Rose n'avait fait que trois pas. Trois pauvres petits pas avant que sa cible ne lui attrape violemment le poignet, laissant tout échappatoire impossible. Tout le couloir les regardait, un mélange d'inquiétude et de curiosité sur leur sale petite tête. Lily-Rose fut tournée vers lui et elle ancra son regard dans le sien : allait-il vraiment le faire devant tout ces gens ? Lui faisait-il croire comme tout les autres qu'il allait lui faire du mal ? Elle ne put s'empêcher de lui envoyer un sourire provocateur. Apres tout, aucun homme ne lui avait jamais fait le moindre mal, sauf peut être... Mais c'était une autre histoire. La blonde attendait. Aiden lui serrait le poignet avec force, mais vu que c'était la seule chose qu'il lui ferait, elle préférait ne rien dire, attendant, lasse, qu'il la lâche. Ils le faisaient tous après tout, pourquoi pas lui. Mais la réaction de la part du jeune homme se fit attendre et ce fut à ce moment précis que Lily-Rose se demanda si elle ne s'était pas embarquée dans une "aventure" qui la dépassait de beaucoup trop.

Aiden répondit à sa question informulée en la traînant dans les toilettes les plus proches. Le peu de personne présentes sortirent immédiatement à la vue du jeune homme. Lily-Rose ne comprenait vraiment pas pourquoi d'ailleurs. Ce garçon était la risée de tous, alors pourquoi en avoir peur ? Elle trouvait cela parfaitement ridicule. Mais, quand la dernière fille sortit de la pièce, Aiden se tourna vers elle et la plaqua contre le mur avec violence. Ouch. Le dos de la jeune fille venait de prendre un sacré coup. S'il cherchait à soulager son désir sexuel, il aurait très bien pu lui demander. Lily se mit à rire intérieurement : cela ne l'étonnait pas que Marissa ait voulu que sa première fois se fasse avec quelqu'un d'autre, vu la violence de l'énergumène !

Mais en jetant un rapide coup d'oeil au jeune homme, elle remarqua que son regard transparaissait toute la colère et la haine qu'il éprouvait à cet instant. Lily commença à se sentir dans une situation inconfortable. La conviction qu'il ne lui ferait aucun mal la quittait progressivement alors qu'Aiden déversait un flot de parole. Il lui demanda si elle avait peur. Pour toute réponse, elle essaya de se débattre, de partir, de s'échapper de ce fou furieux qui la retenait contre son gré. Il la retint. Serrant ses poignets qu'il avait positionné au dessus de la tête de la blonde. Elle commençait à avoir mal, mais ne laissait rien transparaître. C'était exactement ce qu'il voulait, la voir terrorisée, souffrant... Elle ne lui donnerait jamais ce qu'il voulait.

Aiden la traita de garce, lui disant qu'elle ne savait rien de lui, qu'elle devait arrêter ces remarques. Il appuyait de plus en plus fort sur ses poignets et était maintenant presque collé à elle. Lily-Rose ne sentait à présent presque plus ses doigts et la proximité du jeune homme commençait à être pesante. Elle avait l'impression qu'un poids lui écrasait la poitrine, que d'ici quelques minutes elle n'arriverait plus à respirer. Ce fut donc légèrement suffocante qu'elle s'adressa à lui avec mépris.

"Tu n'es qu'un lâche. Un homme faible qui ne sait se défendre qu'avec la violence."

Elle n'aurait jamais du dire ça, mais c'était plus fort qu'elle. Lily avait peur certes, mais elle voulait voir jusqu'où il allait aller. Elle le su beaucoup trop tôt à son goût. Envahi par la colère et la haine, il envoya valser la jeune fille contre les cabines de toilette. Lily-Rose prit l'impact en plein flanc, au niveau des côtes, la faisant se tordre de douleur. Elle s'effondra sur le sol, se cognant la tête contre le carrelage froid. Sa tête tournait, les objets autour d'elle étaient devenus flous. Son visage était déformé par une grimace de douleur. Elle avait un peu de mal à respirer et ses côtes lui faisaient mal. Mais la blonde devait se battre, elle ne perdrait pas contre lui. Elle devait vaincre sa peur coûte que coûte. Il en valait de sa survie...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Empty
MessageSujet: Re: Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose]   Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Icon_minitimeMer 17 Avr - 1:12

Une petite blonde qui ne devait pas faire un tiers de mon poids se dirigea vers moi. J'en étais des plus étonné, parce qu'en général, les gens que je ne connais pas ne vienne pas me parler. Elle doit m'avoir confondu avec un autre, ce n'est pas possible autrement. Je me prépare à l'envoyer bouler, je n'ai pas envie de m'attarder plus longtemps dans le lycée, et ce genre de blondinettes égocentrique ne m'intéresse pas. Bon ok, c'est pas bien de juger sans connaître. Mais quand j'allais entendre ce qu'elle avait à me dire, je me rendrais compte que je suis encore bien trop tendre envers elle.

Je baisse la tête pour la regarder prêt de moi. Elle m'appelle par mon prénom. Ce n'est donc pas une erreur. Je n'aime pas trop ca. Que me veut-elle? J'ai un mauvais préssentiment. Les mots qu'elle me dit alors me choquent. Cocu, avec une vierge... Il ne m'en faut pas plus pour que le sang me monte à la tête. Mais elle en fait plus. Elle me bouscule. Je ne supporte pas qu'on me touche, pas venant d'elle. Je suis hors de moi, prêt à exploser. Mon rythme cardiaque s'accélère. Elle ricane en essayant de s'éloigner. Bien plus réactif qu'elle, mon côté impulsif prenant le dessus, je me retourne et l'attrape avant, la faisant se retourner pour me faire face.

Je la regarde mes yeux bleus perçants remplis de haine. Je n'ai aucune estime pour elle. C'est la première fois que quelqu'un se permet une réflexion de ce genre, avec le courage de me la dire en face, car je pense bien que derrière mon dos, les gens racontent un tas de conneries... Mais derrière mon dos je m'en fou. Pas là. Cette fille est complétement folle. Inconsciente. Elle ne sait pas de quoi je suis capable. Elle ne sait pas qui je suis. Et surtout, elle ne sait rien de l'histoire entre Marissa et moi. Et pourtant, elle a piqué exactement là où ce me fait le plus mal. Car je sais que ses paroles sont vraies. Je ne peux les tolérer, je ne peux les accepter.

Je me rends compte que je la tiens agrippée à son poignet de ma main que je sers bien trop fort de ma force pleine de haine. Nous ne sommes pas seuls, ca me dérange. Je jette un regard sur la droite. L'entrée des toilettes. Je l'y entraine facilement sans qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit pour se défendre. Les deux ou trois personnes présentes dans les toilettes sortent aussitôt, tétanisés. C'est les toilettes des filles...

Je claque la porte d'entrée de ma main libre. Je pousse la blonde. Je la tiens à présent des deux mains, plaquant ses bras contre le mur. Je la serre toujours tout aussi fort, je ne m'en rends pas vraiment compte. Je suis envahis par ma haine, ma colère, ma rancoeur... Envers elle, mais pas seulement. Envers Marissa, envers ce type avec qui elle m'a trompé... Envers tout. J'ai envie de la frapper mais je me retiens, je ne sais si je le pourrais longtemps. C'est une femme. Je n'ai jamais frappé une femme. J'y met un point d'honneur. Elles sont tellement faibles, tellement fragiles... C'est bien trop lâche... Pourtant... Pourtant je veux lui régler son compte, lui faire retirer ce qu'elle a osé me dire. Les femmes et l'estime que je leur portais s'est quelque peu évanouis depuis que l'une d'elle m'a vicieusement trahis. Elles sont manipulatrices, cruelles, sans scrupules...

Je serre les dents, retenant ma respiration qui s'affole sous le coup de l'énervement. Je suis quelqu'un de très sensible sous ma carapace, quand on me cherche, on me trouve. Je vie les choses à 200%. Cette situation est particulièrement éprouvante pour moi. Toute cette tension, cette agitation, cet énervement... Je me retrouve hors de moi, comme cela m'arrive fréquemment. Je suis violent. Je suis dangereux. J'en ai conscience, mais lorsque je me trouve ainsi, je ne réfléchis plus, je ne peux me contrôler. Je suis possédé par ma haine. Prêt à tout.


« Et là, je t'inspire de la peur? »

Lui dis-je subitement en la retenant violemment alors qu'elle essaye de se débattre, la gardant toujours plaquée entre le mur et moi. Elle faisait déjà moins la maligne maintenant que nous étions seuls et que je pouvais faire ce que bon me plaisait d'elle.

« Il te fait pas peur le cocu? T'en veux plus c'est ca? »

Je lui crachai presque à la figure, la violentant comme jamais je ne me le serrais permis auparavant, l'appuyant encore plus contre le mur. J'avais envie de la mettre hors d'elle, de la faire craquer complétement, de la terrorisé. De lui faire du mal, aussi bien physiquement que moralement.

Marissa m'avait changé. Sa trahison m'avait rendu encore plus vulnérable, encore plus à vif et exposé. J'étais à deux doigts de briser un membre à cette inconnue. Ca aurait été tellement facile pour quelqu'un comme moi. J'avais l'impression de pouvoir la casser en deux, telle une vulgaire allumette. Mais heureusement pour elle, je réussis à me maitriser pour ne pas la blesser sérieusement, car je m'en serais trop voulu ensuite et j'aurais empiré ma situation. Et je ne pouvais pas. Je me répétais que je ne le pouvais pas. Je décidai donc de l'attaquer par les paroles.


« Ecoutes moi bien sale petite garce ! »

C'était la première fois que je parlais aussi méchamment à une femme. Je ne me reconnaissais pas. Je ne contrôlais plus mes paroles.

« Contrairement à toi, j'en ai rien à foutre d'être le mec le plus moqué du bahut ! Mais tes réflexions à la con tu vas te les mettre là où je pense, sinon ca va mal finir pour toi ! T'as compris? Tu ne me connais pas! Tu ne sais rien de moi ! »

Je repris en élevant à nouveau la voix, parlant de mon histoire avec Marissa:

« Tu ne sais rien ! Rien du tout ! »

Je détestais plus que tout les gens qui se permettaient de juger les autres, de raconter un tas de choses dont ils ne savaient rien, de provoquer, de s'attaquer facilement là où ca faisait mal. Je détestait cette fille. Je la détestais. J'avais envie de réduire en pièce, sans pouvoir agir. Et ca m'énervait encore plus.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Empty
MessageSujet: Re: Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose]   Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Icon_minitimeMar 16 Avr - 23:33

Lily-Rose s'était levée d'humeur taquine aujourd'hui. Un peu comme d'habitude vous me direz, mais ce jour précis, elle savait qu'elle n'allait faire que ça, et ne pas jouer dans la dentelle. Ce n'était pas son style. Elle voyait dans l'art de la réplique cinglante un but d'ultime cruauté qui lui plaisait énormément. Apres tout, elle était connue pour être comme ça, elle ne voyait pas pourquoi elle devait s'en cacher. Au contraire, elle confirmait à toutes ces vermines qu'en effet elle était un monstre, et alors ? Ils auraient besoin d'elle un jour ou l'autre et s'ils se croyaient plus malins qu'elle, la blonde se ferait un plaisir à détruire lentement leur petite vie inintéressante.

Néanmoins, la blonde sentait qu'en ce moment, ce n'était pas la grande forme : elle se sentait gentille, trop gentille. Et elle savait que c'était en partie dû à des rencontres ou amitiés qui commençaient à lui faire changer sa vision des choses, à la faire évoluer. Ce fut donc pour cette raison qu'aujourd'hui, elle avait décidé d'être invivable.

Malheureusement pour Lily-Rose, cette journée avait été la pire de toute : personne n'avait relevé ses remarques. Pas une seule réplique, un seul pleur, un seul pseudo acte de violence... Rien. Le néant. Qu'avait-elle fait de différent ? Était-elle devenu trop gentille ? Lassante ? Invisible ? Cette dernière question la fit blêmir. Oh non, tout sauf invisible, elle ferait tout pour ne pas être invisible ! Et ce fut donc sur cette bonne parole qu'elle pénétra dans le bâtiment B pour aller assister à son dernier cours de la journée.

Au moment de passer la porte du bâtiment, elle reconnu une silhouette qui perçait la foule : grande, barraquée, brune. Elle reconnu sur le champ qu'il s'agit d'Aiden, un Sigma Mu assez connu pour sa discrétion et sa violence. Mais récemment, il était plus connu pour être devenu le copain trompé de Marissa. Quand Lily-Rose avait appris cette nouvelle, elle n'avait pu s'empêcher de rire. Ce cher Aiden avait cru être tranquille en sortant avec une vierge. A croire que non. Ainsi, quand ce dernier fut assez près de la blonde, Lily-Rose se dirigea vers lui et entonna de manière assez forte une réplique qu'elle savait serait des plus cruelle.

"Ah Aiden, malgré la peur que tu inspires, tu as quand même réussi à devenir cocu. Avec une vierge qui plus est. Tu es passé du mec le plus respecté au mec le plus moqué. Essaye une femme mûre la prochaine fois, au moins tu es sûr de ne pas te la faire piquer !"

Elle finit sa réplique avec un petit rire mauvais tout en bousculant sa victime et commença à s'éloigner. Ce que Lily-Rose ne savait pas, c'est qu'elle venait de s'embarquer dans quelque chose qu'elle allait amèrement regretter...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Empty
MessageSujet: Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose]   Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Icon_minitimeMar 16 Avr - 22:46

La sonnerie du dernier cours de la journée retentie et je rassemblai le peu d'affaires que j'avais sortis rapidement, étant dans les premiers à sortir, alors que j'avais été l'un des derniers à entrer. Vous l'aurez compris, les cours et moi, ce n'était pas une passion. Et encore moins depuis que Marissa était partie. Pour ne pas décrocher dans le peu de choses qui m'étaient encore stables dans ma vie, je m'efforçais d'y aller, tout comme à mon job de barman, mais j'étais beaucoup moins motivé, ne voyant pas où tout cela me menait. Mon avenir était devenu flou, car celui que j'avais imaginé au côté de Marissa s'était effondré lorsqu'elle m'avait avoué m'avoir trompé.

Bref, aller en cours m'évitait de trop raminer dans mon coin, ou de me tuer en salle de muscu, chose qui m'arrivait de plus en plus fréquemment. J'avoue aussi que je ne tenais pas à me faire harceler par Ryan, Matt ou Aaron, mes meilleurs potes qui comptaient bien ne pas me lâcher d'une semelle, et en cela, ils n'avaient pas vraiment tort, car je savais de par mon passé que je pouvais facilement mal tourner et replonger. Matt n'était pas en cours aujourd'hui... Quel exemple. Enfin, cela était habituel pour le jeune homme, et depuis que Grace était à l'hôpital, je savais qu'il lui rendait régulièrement visite, il avait donc une bonne excuse.

Je sortais donc seul du cours de Maths auquel je n'avais pas écouté grand chose, mais j'avais déjà fait acte de présence, ce qui n'était pas mal. Je m'empressais de fuir cette foule de collégiens de ma démarche rapide, aussi imposante de par ma carrure que inaperçue de par mon envie de me faufiler discrètement. J'étais quelqu'un d'introvertis, et au lycée, je n'étais pas connu de tous et je ne cherchais pas à l'être. J'avais besoin d'air, de respirer. Je n'aimais pas être entouré de monde, je n'aimais pas qu'on mon frôle, qu'on me touche, qu'on me bouscule. Ce n'était pas pour moi tout ca. Ce n'était pas mon monde.

La plupart des élèves ne me connaissaient que comme ce grand gars costaud des sigmas. Les femmes me voyaient comme un mec mystérieux, qui ne parle jamais, les hommes, comme celui qu'il vaut mieux éviter d'approcher si l'on tient à sa peau. J'avais conscience que beaucoup d'élèves me craignaient et préféraient m'éviter. Je n'appréciais pas forcément le fait d'être craint, mais le fait d'être tranquille si, alors je les laissais croire ce qu'ils voulaient, et peut-être que dans le fond, ce qu'on pouvait dire de moi n'était pas totalement faux -même si je n'avais aucune idée des rumeurs qui pouvaient circuler. Car oui, j'étais quelqu'un de violent, et j'avais un lourd passé derrière moi.

Or, contre toutes attentes, il se trouvait qu'à l'instant où je franchissais les dernières marches menant au couloir de la sortie, quelqu'un avait décidé de m'interpeller...
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Empty
MessageSujet: Re: Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose]   Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Qui s'y frotte, s'y pique [PV Lily-Rose]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Village Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: