AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez
 

 Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Diego R. Bolderas
Diego R. Bolderas

Je suis: : Masculin
Nombre de rumeurs: : 265
Je suis âgé(e) de: : 24


Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE]   Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Icon_minitimeDim 29 Juil - 2:10

Je crois que dans ma vie, je n’ai encore jamais rencontré de personne plus énervant que cette fille. On dirait vraiment qu’elle porte tous les malheurs du monde sur ses petites épaules, et qu’elle compte bien me le faire payer. On aurait pu passer sur tout ce qui venait de se passer, ne plus jamais en parler, et repartir sur d’autre bases, même si de mon côté, je mettrais bien des mois à m’en remettre, on ne m’a jamais fait un truc pareil. Alors Ok, je n’ai pas non plus été cool avec elle, mais j’étais quand même en train de la raccompagner, comme un pseudo-gentleman, parce que je n’avais pas envie de me prendre ENCORE des reproches, la bougre serait capable de me dire que c’est de ma faute si elle a dégobillé partout, et que la moindre des choses serait quand même de la raccompagner au lycée, alors pauvre de moi, j’anticipe. Simplement là j’en avais marre, fallait pas déconner, je ne lui avais pas balancé de l’acide à la tronche non plus, et puis, j’étais dans une pire situation, et pourtant j’arrivais tout de même à sourire, a ses dépend certes, mais l’intention est là non ?

Je mettais donc arrêté, pour lui dire et lui demander par la même occasion d’arrêter de tirer cette gueule pas possible. Surtout que désormais elle savait très bien que je n’habitais pas dans le coin du lycée. Alors à quoi bon ? Et puis je ne suis pas le meilleur pour commencer une discussion. Ce n’était pas une menace en soit, j’expliquais simplement les choses telles qu’elles étaient. Dans son éternel soupir, parce que depuis le début elle m’a montré qu’elle ne savait faire que ça, elle commença à s’exciter toute seule sur moi, et pas de l’excitation comme vous pouvez le penser, je l’ai limite, mise hors d’elle. J’eu un mouvement de recul, non mais elle était vraiment complètement tarée en fait cette fille. Pour qui se prenait-elle pour me juger, et m’en mettre plein la gueule comme elle venait de le faire ? Moi qui voulais me montrer sympathique, a ma manière certes, en l’emmenant tout de même au lycée, ca m’apprendra. Quelle conne. Je me rapproche d’elle, en la pointant du doigt.

« OH ! Déjà tu redescend d’un étage, j’suis pas un de tes potes compris ? T’a un sacré problème toi ! Je te rappel que si on est dans cette situation c’est entièrement ta faute ! Alors si madame à des soucis de sociabilité tu vois ça c’est pas de ma faute ! Quand on te tend la main, un conseil, attrape-là. Tu parles d’estime de toi, mais tu t’es regardé franchement ? J’vais peut-être rentrer chez ma mère, mais en attendant je risque pas de finir vieux garçon comme toi ! Parce qu’à te voir hurler comme une putain d’hystérique là, c’est l’impression que tu donnes. Continue ta vie sans moi, j’en serais le premier heureux ! »


Bon ok, j’avais fait comme elle, j’avais haussé le ton, et fait en sorte qu’il soit plus fort qu’elle, on s’était tourné le dos presque en même temps, reprenant chacun son chemin dans le sens inverse et opposé. Sans me retourner. Non mais pour qui se prenait-elle ? J’espère réellement ne jamais la recroiser, je n’aime pas qu’on me tienne tête. Surtout avec des arguments aussi débiles qu’elle vient de m’afficher. Une fois assez éloigné d’elle, je me remets à courir, pour rentrer chez moi, ne manquant pas de jurer à voix haute « Grognasse » dans ma barbe.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

- Vida Loca -
THE PERFECTION IS NOT ONLY TO BE IRRESISTIBLE. YOU HAVE TO BE A SENSUAL AND IMPREVISIBLE GUY THAT WHEN A SPECIAL MOMENT COMES, NOT THINK BEFORE ACT ∞ Pi Sigma.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE]   Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Icon_minitimeJeu 26 Juil - 3:40


Un ton froid et un discours moralisateur. On aurait dit son père. Or, si elle avait voulu qu'on continue de lui parler de la sorte, elle serait restée à New York, à se faire virer de tous les lycées craignos trouvés par ces parents. De plus, elle s'était excusée, il n'avait aucune raison de continuer avec son air hautain et ses reproches à deux balles. Lui par contre, ne sembla pas juger utile de s'excuser pour son Ipod, il osait même lui dire qu'ils étaient quittes. De toutes façons, elle n'avait plus envie de répliquer, surtout qu'elle se sentait encore un peu barbouillée, pas certain qu'il lui pardonne une deuxième crise de vomi. Maeko leva les yeux au ciel exaspérée alors qu'elle se retournait pour avancer en direction du lycée, promenant au bout de son bras tendu le baladeur mort trempé, pendant à l'extrémité du fil de ses écouteurs. Ce n'était pas une grosse perte et elle l'aurait vite remplacé, elle n'était pas riche pour rien. Mais elle avait toujours eu tendance à s'attacher inutilement à ses affaires et à tout exagérer du coup, elle était attristée pour son Ipod alors qu'elle l'aurait oublié deux jours plus tard.

Au bout de quelques pas, elle se retourna pour l'inviter à la suivre, croyant qu'il vivait lui aussi à Wynwood. Seulement, il se fit un plaisir de lui annoncer que ce n'était pas le cas avant de... Se mettre à la suivre quand même ? Hein ? Elle devait avoir loupé une étape là non ? Encore, s'il avait été son ami, certes, mais là, il venait de lui montrer clairement toute la haine qu'elle pouvait lui inspirer en lui versant une bouteille d'eau sur la tête alors pourquoi l'accompagner ? Au cas où il aurait trouvé une poubelle bien pleine sur la route pour lui mettre dans la tronche ? Ou alors, elle avait visé juste quelques minutes auparavant et ses parents avaient vraiment oublié de lui faire un cerveau...

Bref, elle marchait, mine renfrognée, sous les regards amusés des passants qui l'irritaient un peu plus. Et l'autre idiot, il suivait, un sourire béat accroché au visage, sourire qu'elle aurait démoli à coup de batte de baseball, si elle n'avait pas risqué sa vie en faisait ça... Enfoiré d'espagnol. Le silence étant lourd, elle accéléra le pas, histoire de rentrer le plus vite possible dans son établissement scolaire et de se séparer tout aussi vite du chieur qui en plus de se foutre de sa gueule était devenu muet. Mauvaise foi ? Je vous avais pourtant prévenue qu'elle était devenue experte en la matière. Au bout d'un moment le suiveur s'arrêta, mais elle ne s'en rendit compte que lorsqu'il se mit à parler, non content de lui faire payer la honte, il se permettait en plus de lui faire une crise existentielle parce qu'elle ne parlait pas. Elle se retourna et soupira pour la millième fois -environ.

« Non mais je rêve ? Tu viens de me faire prendre une douche gratuite, tu as bousillé mon Ipod par la même occasion, à cause de toi je m'attire les regards moqueurs d'une bande de péquenauds dégénérés et tu croyais quoi, que j'allais te faire la causette ? D'ailleurs pourquoi tu me suis, tu n'habites même pas à Wynwood, tu l'as dit toi-même. C'est parce que je pensais que tu vivais là-bas que je t'ai dit de venir, il n'y a aucune autre raison, si tu crois que j'ai envie d'avoir ta présence tout le long du chemin, redescend d'un cran dans ton estime de toi. Et puis c'est quoi cette menace pourrie ? Si je ne parle pas tu retournes chez ta mère ? Fais donc, ça me fera des vacances, tiens ! Qu'est-ce que tu crois ? J'ai survécu seize ans à New York et plusieurs mois à Miami sans toi, je devrais bien savoir repartir jusqu'à mon lycée toute seule... Salut. Et à jamais, j'espère ! »

Sur ces mauvaises paroles, elle reprit son chemin, encore un peu plus vite qu'auparavant, comme pour le dissuader de suivre cette fois. Quelques mètres plus loin, elle lança un « pignouf ! », exprimant toute sa colère du moment, puis elle lança quelques regards de tueurs aux passants qui la regardaient en souriant pour finalement sortir du parc. Et au bout de quelques minutes enfin arriver à WHS. Au final, elle s'en voudrait surement plus à elle-même qu'à Diego puisqu'il avait eu une réaction qu'elle aurait également pu avoir. Mais il était omis de l'avouer. Certes il était mignon et certes elle aimait bien son caractère au fond, mais pas besoin de lui dire qu'elle avait eu une réaction exagérée, elle trouverait un moyen d'être assez chiante pour lui reparler, pour ça aussi elle était douée.

Revenir en haut Aller en bas


Diego R. Bolderas
Diego R. Bolderas

Je suis: : Masculin
Nombre de rumeurs: : 265
Je suis âgé(e) de: : 24


Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE]   Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Icon_minitimeMer 4 Juil - 23:38

Pour l’effet de surprise c’était réussi. La jeune fille devait s’attendre à tout sauf à cela. J’avais réussi à la faire bouillonner de colère et j’étais fière de moi. Et puis, ce n’était que de l’eau, rien de bien méchant en soi, pas comme la douche ignoble que je viens de me prendre sur les jambes. Même si cela ne devait pas être fait exprès, quoi que j’ai tout de même un petit doute la dessus, Je n’allais pas rester sans rien faire et la regarder dans le blanc des yeux, lui sourire et lui dire que ce n’était pas grave Certainement pas. J’attends donc une réaction de sa part, et aussi pour voir si elle va mieux. Ensuite je pourrais m’éclipser comme si de rien n’était, et tenter d’oublier cette rencontre foireuse. Une fois la surprise passée, elle relève enfin la tête vers moi, je ne souris pas, et j’ai les bras croisé sur mon torse. Dans le genre pas commode quoi. Elle aurait pu me gifler, mais à la place elle reprit son calme, et m’annonce que c’était la première fois que cela lui arrivais, qu’elle était désolé. Ai-je bien entendu ? La demoiselle qui voulait à tout prix me montrer de quoi elle était capable vient de s’excuser ? Si je la recroise un jour, je n’oublierais pas cela de sitôt.

« Ce n’était peut-être pas nécessaire mais au moins ça t’a remis les idées en place. »

Dis-je d’un ton assez froid. Je suis un peu rancunier, j’ai été conçu comme cela, et je ne vois pas pourquoi je ne le serais pas avec une fille que je connais à peine. Pendant qu’elle fait je ne sais quoi avec ses écouteurs, je tente de rattraper un peu la catastrophe sur mes chaussures, en les frottant sur l’herbe encore mouillée. Je n’y toucherais certainement pas avec mes mains. Mes pieds sont trempés à cause de l’eau que j’ai dû passer dessus. C’est vraiment une journée qui commence bien comme vous pouvez le constater. Je l’entends parler doucement, je relève la tête pour voir ce qu’elle me veut. Du bout du fil qu’elle tient entre des doigts je vois un petit appareil, son IPod sans doute, trempé lui aussi. D’une pierre deux coups, je n’avais pas prévu cela. Et je dois avouer que ce n’est pas franchement sympa. Je ne suis pas voyant moi, je ne sais pas où elle range ses affaires après tout.

« Content ce n’est pas le mot. C’est comme toi, je n’ai pas fait exprès. On est quitte maintenant. »

D’un signe de tête je lui montre mes converses. Elles aussi sont dans un sale état, je ne sais même pas si je vais pouvoir les remettre après cela. Mais je n’en fait pas tout un plat, parce que je dois bien avoir 4 ou 5 paires dans mon dressing. Et puis si elle n’a pas les moyens de s’en reprendre un, elle n’aura qu’à m’envoyer la facture. J’ai de l’argent, et j’en fais ce que bon me semble, alors ce n’est pas pour ce que cela coûte que je vais pleurer. Je la vois s’éloigner un peu, sans doute en direction du lycée. Voilà, fin de la matinée désastreuse. J’ouvrais la bouche pour lui lancer un « Au revoir quand même ! » Mais je n’en eu pas le temps parce qu’à ma grande surprise la jeune chinoise ralenti le pas pour enfin se retourner, et fini même par limite m’engueuler, parce que je ne l’ai pas suivie. Elle ne manque franchement pas de culot celle-là. Mais au fond elle n’a pas tort, moi aussi j’ai besoin d’une douche, et de vêtement propre accessoirement.

« Tu n’as peut-être pas besoin de me le rappeler, ça. Sauf que je n’habite pas à Wynwood moi, donc ça va être compliqué vois-tu. »


Je me décidais tout de même à la suivre, je la raccompagnerais sans doute au lycée, me passerais un bref coup d’eau là-bas avant de rentre chez moi juste après. Juste pour m’assurer qu’elle ne va pas retapisser toute l’allée menant au lycée. Nous nous mettons donc en route, quelques regards se posent sur nous, enfin surtout sur Maeko, parce qu’elle est complètement trempée. La situation m’amuse, et je laisse paraitre un petit sourire. Mais je ne devrais pas faire mon malin, avec ce qu’il m’est arrivé je ne suis pas en position de me foutre de sa gueule. Pendant un moment l’ambiance est lourde, aucun de nous deux parle, ni tente même de dire quoi que ce soit. Je jette de petits coups d’œil vers sa direction de temps à autre, mais la demoiselle n’a pas l’air de vouloir faire quelconque effort de plus. Je m’arrête soudain.

« Bon tu comptes tirer cette tronche tout le long ou bien ? Parce que sinon cela ne sert à rien de faire la route ensemble, autant que je rentre chez moi tout de suite. »


Il n’y a rien de plus énervant que d’être avec quelqu’un qui de vous débraille pas un seul mot. Mais je crois que je ne veux pas perdre contact avec elle, parce qu’elle à cet esprit de compétition qui ressemble fortement au mien. L’une des rares personnes à me provoquer, et à vouloir me tenir tête. Et aussi à me vomir dessus, soit dit en passant. Il va falloir oublier cette histoire, non pas pour elle, mais pour moi, parce que ce n’est pas le genre de souvenirs auxquels je tiens particulièrement. Peut-être quand dans cinq ans, si nous sommes resté en contact, ou non, nous repenseront à notre rencontre et nous en rigoleront, mais pour le moment, cela me dégoute plus qu’autre chose. J’attends de voir si elle se décide à se motiver un peu. Parce que dans le cas contraire, je rebrousserais chemin. Je n’ai pas de temps à perdre avec de tels bêtises.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

- Vida Loca -
THE PERFECTION IS NOT ONLY TO BE IRRESISTIBLE. YOU HAVE TO BE A SENSUAL AND IMPREVISIBLE GUY THAT WHEN A SPECIAL MOMENT COMES, NOT THINK BEFORE ACT ∞ Pi Sigma.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE]   Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Icon_minitimeMer 4 Juil - 16:21



Elle l’entendit dire des mots en espagnol derrière elle, sans comprendre ou même tenter de le faire. Après tout, elle était bien assez occuper à continuer de vomir de son côté. Il ne devait pas être ravi de la situation et c’était compréhensible, mais pour une fois, elle ne l’avait pas fait exprès. D’ailleurs, c’était bien la première fois que manger un hot dog la faisait vomir, d’habitude, elle pouvait en engloutir des tas avant de commencer à avoir l’estomac lourd. Seulement, le week-end qu’elle venait de passer à boire -entres autres- avec Sojiro, Emeric, Ginger et Eva avait très certainement un lien avec ses vomissement inopinés, dommage qu’elle ne s’en soit pas rendue compte avant. Ça et le fait qu’elle ait déjeuné moins d’une heure avant aussi. Bref, elle avait gerbé sur l’autre idiot qui avait donc gagné le défi et une nouvelle décoration des jambes par la même occasion. Elle allait surement en entendre parler durant des lustres ou alors ne plus jamais entendre parler du jeune homme, oui ça, se serait une bonne nouvelle…

Et pourtant, il resta là. Bordel, elle venait de lui gerber dessus et il restait là ? Il était complètement con ou quoi ? Tu me diras, il était espagnol et mignon, il ne fallait pas trop lui en demander non plus. Personne n’est parfait après tout. Il posa une main sur l’épaule de la chinoise, et lui frotta un peu le dos. Comportement suspect, elle se releva lentement. Il souriait, il aurait presque eu l’air compatissant. Vraiment ? Serait-ce possible qu’il soit gentil ? Etrange, elle le connaissait depuis moins d’une heure et elle n’arrivait pas à trouver ça plausible.

« Ca va aller ? Tu veux un peu d’eau ? »

Alors qu’elle commençait à y croire, elle n’eut même pas le temps de répondre qu’elle avait droit à une douche gratuite. Certes, ce n’était pas du luxe vu qu’elle venait de vomir et c’était amplement mérité mais tout de même quel enfoiré celui là. Presque pire qu’Emeric. Quoique non, pire qu’Emeric, tu meurs empoisonné dans ton propre venin. Oui bon, elle exagérait peut-être un peu. Quoi qu‘il en soit, il avait osé lui verser le contenu d’une bouteille d’eau sur la tête et jusqu‘à la dernière goutte s‘il vous plait ! Et alors qu’elle s’en remettait à peine, partagée entre la surprise et l’envie de lui en mettre une -oui, elle en serait capable, je vous assure-, il se remit à parler.

« C’est bon, t’es rafraichie là ? Ça te prend souvent de gerber sur des gens que tu connais à peine ? »

Elle releva la tête vers lui et replaça correctement ses cheveux à présent trempés. Première étape, respirer lentement afin de se calmer. Après tout, elle l’avait tout de même un peu cherché, la réaction de Diego était clairement puérile, mais elle savait qu’elle aurait été capable d’en avoir une du même type. « Très drôle. C’est la première fois et je suis désolée. Je ne suis pas bien certaine que la douche était nécessaire mais ce n’est pas grave. Pardon. »

Et soudain, elle se souvint qu’elle était partie pour courir et donc avec son Ipod, elle tira sur le fil de ses écouteurs pour découvrir son baladeur pendu aux écouteurs, dégoulinant d’eau. Oui, bon, on lui avait toujours dit que le plaquer dans son soutien-gorge était une mauvaise idée et du fait, l’espagnol n’avait surement pas vu qu’elle avait ce genre d’appareil. « Oh, génial. » fit-elle tout de même. Certes elle était riche et elle en aurait un autre dans la journée, mais elle avait la fâcheuse tendance de s’attacher à ses affaires. Et puis, elle commençait à aller mieux, autant dire ce qu‘elle pensait. « Tu as bousillé mon baladeur j’espère que tu es content de toi ? » lança-t-elle finalement avant de commencer à repartir vers le lycée.

Elle fit quelques pas avant de regretter et de se retourner. « Bon tu comptes rester là combien de temps ? Tu viens de te faire vomir dessus, tu as besoin d’une douche, alors avance. » Elle n’était pas forcément super agréable, mais mine de rien, c’était déjà un effort conséquent. D’habitude, elle serait partie sans se retourner et ça aurait été la fin de l’histoire, mais depuis quelques mois, elle tentait désespérément de vaincre cet affreux défaut qu’est l’égoïsme, alors elle essayait de prendre en compte ce que les autres pouvait ressentir aussi. C’était encore un peu -beaucoup- brouillon, la plupart du temps elle faisait des faux pas et avait plus l’air d’une mégère que d’autre chose mais au moins, personne ne pourrait dire qu’elle n’avait pas voulu changer, même si c’était peine perdue.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas


Diego R. Bolderas
Diego R. Bolderas

Je suis: : Masculin
Nombre de rumeurs: : 265
Je suis âgé(e) de: : 24


Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE]   Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Icon_minitimeLun 25 Juin - 19:02

La demoiselle s’impatiente que le défi commence, et elle me parle toujours sur un ton désagréable. En plus de cela elle me tire la langue. En gros, elle m’énerve. Elle a cru qu’on avait élevé les cochons ensemble ou quoi ? Moi je fais ce défi pour elle, et aussi pour ma fierté, surtout pour çà en fait. Parce que je n’aime pas me faire battre, que ce soit un homme ou une femme le résultat reste le même, et ce sur n’importe quels points. La remarque sur son poids ou futur poids, c’était pour être gentil, enfin à ma manière. Et pour la faire perdre aussi, la déconcentrer. En vrai Je m’en contre fou qu’elle devienne une grosse baleine. C’est loin d’être mon problème. Bien qu’il soit dommage pour elle de le devenir, quand elle courait devant moi j’ai pu observer ses courbes, plutôt jolies d’ailleurs. Mais ce n’est pas la question, là tout de suite. Ce sont ces hot-dogs hyper gras et plutôt monstrueux qu’il va falloir engloutir le plus vite possible. Rien que d’y penser mon petit-déjeuner me remue l’estomac un peu. Le mental doit être plus fort que le reste m’avait-on dit un jour. Bon ben là on va essayer de faire pareil.

« Ça va, t’excite pas je t’ai dit que c’était pour toi que je disais çà. Tu es donc prête à perdre ? C’est parti. »


Peut-être que j’étais un peu trop sûr de moi, parce que pour une fois je doutais de ma victoire, si ce qu’elle disait était vrai, j’étais plutôt mal barré. Mais soit, arrêtons de perdre du temps à réfléchir ce n’est franchement pas le moment, je prends mon courage à deux main et approche le sandwich de ma bouche, je ferme les yeux et l’englouti d’une traite. Je dégluti difficilement, et en rajoute un, puis deux. Je grimaçai, je n’en pouvais plus, c’était vraiment un défi débile, le plus débile que je n’ai jamais fait d’ailleurs. C’était dégoutant, clairement. Je jette un coup d’œil sur Maeko, elle est bien blanche voir un peu verdâtre en fait. Je m’arrête un moment pour la regarder se lever, était-ce une feinte pour me déconcentrer et finalement prendre de l’avance sur moi ? Je ne pense pas, elle n’a vraiment pas l’air bien. Je n’ai pas le temps de me relever pour lui demander si tout va bien qu’elle se retourne et…. NON elle n’a pas fait çà tout de même ?! Je vais la tuer… Je vais vraiment la tuer je crois. Je me retrouve avec son petit-déjeuner et ses hot-dogs sur les jambes. Je vous rappel que je suis en short. J’observe le spectacle répugnant pendant un instant je n’en reviens pas. Je ne sais même pas quoi dire, même pas quoi faire. Je relève la tête lentement pour la regarder.

« Joder de mierda !»

Oui c’était mon nouveau truc depuis quelques temps. De m’énerver en Espagnol, pour je ne sais quelle raisons. Moi qui ne parle quasiment jamais en cette langue, je ne sais pas pourquoi en ce moment je le fais. Mais ce n’est pas la question. A voir l’expression de son visage, je ne sais pas si elle est vraiment désolée de ce qu’elle vient de me faire, ou si elle est plutôt contente. J’espère pour elle qu’elle ne l’a pas fait exprès. Enfin… non, qu’est-ce que je dis, exprès ou pas je me retrouve dans une situation bien désagréable. Pendant qu’elle finit de re-décorer la pelouse j’attrape une bouteille d’eau pour me la passer sur les jambes. Je ne peux même pas me lever pour le faire, Catastrophe sinon. « Tendrá que pagar por ello » marmonnai-je tout bas. Techniquement elle ne peut pas comprendre ce que je dis.Je ne peux pas laisser passer ça. Vous parlez d’une victoire vous. Je savais que je n’aurais jamais dû me laisser embarquer là-dedans. Je ne la connais même pas. Je suis en colère contre elle, mais aussi contre moi, enfin contre mon égo.

Une fois mon nettoyage à peu près fini je me lève pour la rejoindre, je pose une main doucement sur son épaule, et lui frotte un peu le dos. Je me force à sourire, pour lui faire comprendre que ce n’est pas très grave, je ne vais pas en rajouter une couche non ? Ce n’est pas franchement agréable de vomir en pleine matinée, et en public en plus. Alors à ce moment, quand elle a fini sa petite affaire, je lui relève le visage.

« Ca va aller ? Tu veux un peu d’eau ? »

Vous y croyez, vous au jeune Diego plein de sympathie alors qu’on vient de le souiller ? Moi non plus. Sans qu’elle s’y attende je lui verse la bouteille entière sur la tête, jusqu’à la dernière goutte, et pour éviter toute représailles. De toute façon elle n’a rien à dire. C’est sans doute une réaction enfantine mais je ne vais certainement pas la frapper, pas pour si peu. Mais je vous jure que ce qu’elle vient de me faire, elle n’a pas fini d’en payer le prix.

« C’est bon, t’es rafraichie là ? Ça te prend souvent de gerber sur des gens que tu connais à peine ? »


Je ne savais franchement pas quoi faire, me barrer et rentrer chez moi immédiatement pour me changer, où rester ici avec elle, parce que quand même, elle avais été malade, et ce n'est pas mon genre d'abandonner des gens malade.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

- Vida Loca -
THE PERFECTION IS NOT ONLY TO BE IRRESISTIBLE. YOU HAVE TO BE A SENSUAL AND IMPREVISIBLE GUY THAT WHEN A SPECIAL MOMENT COMES, NOT THINK BEFORE ACT ∞ Pi Sigma.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE]   Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Icon_minitimeLun 25 Juin - 1:45



Il osait se moquer d’elle en plus du reste. Il lui disait que c’était elle la limace. Qu’elle n’avait pas le droit de le dépasser. Comment ça pas le droit ? Quel espèce de petit macho… Elle détestait ça. En plus il était de mauvaise foi, comme Sojiro l‘était souvent. Mais lui, elle devait l’oublier, elle passait déjà le moins de temps possible près de lui en ce moment, c’était plus facile pour se voiler la face… elle ne devait pas y penser tout le temps, surtout pas même. Elle aussi était souvent de mauvaise foi, mais ce n’était pas de sa faute… ou pas entièrement. Après tout, ces parents adoptifs n’avaient pas été très présents -voir pas du tout- durant son enfance, alors ils ne lui avaient appris ni à se taire -et ça se voyait !-, ni à être de bonne foi. Oui bon d’accord, il s’agissait encore d’excuses bidons, mais c‘était son droit de les utiliser, non ?

Elle aurait peut-être dû partir. Lui faire cette tête à la fois désagréable et hautaine quelle faisait un peu trop souvent et repartir en courant, même si ça voulait dire s’arrête deux mètres plus loin pour vomir ses trippes. Seulement, depuis quelques temps déjà, elle avait cette manie incroyablement chiante et désespérante pour les autres de toujours vouloir avoir raison. Certaines fois, comme tout le monde, elle avait tort, des fois, elle s’en rendait même compte, mais il était juste hors de question de l’admettre. Bref, multipliez cette manie par son envie de gagner et l’espèce de voix qui la poussait à dire les choses comme elle les pensait sans réfléchir. Et vous obtiendrez quelque chose d’improbable, comme deux inconnus achetant deux dizaines de hot dog dans le but de faire un concours stupide qui les rendra très certainement malades.

« Je comprends mieux pourquoi tu cours le matin maintenant, pour évacuer toute la graisse. Si tu n’as pas peur de te choper des poignées d’amour je suis partant. » Avait-il dit. Elle s’était contentée de lui tirer la langue, comme elle aurait pu le faire pour rire avec Marissa, comme s’il était son ami depuis longtemps. Pourtant, elle ne le connaissait que depuis cinq minutes et il était énervant. A croire qu’elle aimait les gens énervants.

Alors qu’ils s’éloignaient ensembles des regards indiscrets pour manger les hot dog, Maeko repensa à la toute première fois où elle avait relevé un défi. Cette fois qui n’aurait jamais dû exister et qui avait marqué le changement radical de son caractère…. Ça avait commencé un peu plus de deux ans auparavant. Alors qu’elle était encore une fille calme et posée, qui ne faisait jamais un pas de travers. Alors qu’elle était encore terrorisée par les idiots de son lycée, alors qu’elle était encore ennuyée par les autres élèves. Si, si, je vous assure, c’était le cas. C’était à Chinatown, quartier New York et jusque là, elle les avait toujours écoutés se moquer d’elle ou lui lancer des défis bidons sans réagir.

« - Maeko, wǒ gǎn kěndìng nǐ bù huì shènzhì bù gǎn zài dàjiā miànqián tuō yīfú. »
- Eh Maeko, je suis certain que tu n'oserais même pas te mettre nue devant tout le monde.

Ça non, évidemment qu’elle n’oserait pas, pourquoi le ferait-elle ? A Chinatown, elle était dans un lycée privé avec d’autres chinois et elle avait droit de parler mandarin tout le temps. Alors pourquoi risquer de se faire virer ?

« - Biě, biě »
- Dégonflée, dégonflée

En quelques minutes, un petit groupe c’était créé et toute la journée, ils l’avaient ennuyé. Toute la journée, elle avait résisté à la tentation de les remettre à leur place en faisant exactement ce qu’ils attendaient d’elle. Mais alors qu’elle était restée indifférente toute la journée, c’est au moment de partir, qu’elle fit demi tour. Elle fronça les sourcils et s’avança vers eux. Elle fut retenue par son petit ami de l’époque, le premier d’une longue liste.

«  Měi bùyào zuò nà. »
- Ne fais pas ça Mae'.

Elle aurait dû écouter, elle le savait. Mais elle ne le fit pas. La flamme du défi s’était allumée dans ses yeux. Et c’est en regardant ceux qui lui avaient fait vivre un enfer les années d’avant, qu’elle avait commencé à se déshabiller. Elle était en sous vêtements quand les surveillants de son lycée l’avait trouvée et emmenée dans le bureau du directeur, ses parents avait été appelés, ils avaient hurlé, elle s’en était moquée. Ça avait été drôle finalement et elle ne comptait pas s’arrêter là puisqu’en plus de l’amuser, ça faisait réagir ses parents. Deux mois plus tard, elle était virée de ce lycée qui lui aussi ferait partie d’une longue liste.

« Avant tout, et je dis çà pour toi, Tu va devenir obèse un jour. Bon, le premier qui a fini à gagner d’accord ? »

Les paroles du jeune homme la font sortir de ses pensées. Elle deviendra obèse, et alors ? Qu’Est-ce que ça peut bien lui faire après tout ? Certes, ça l’ennuierait beaucoup, elle, déjà pour le volley, quand on est obèse, on a un peu moins d’endurance pour le sport. Mais elle n’a pas à s’en faire, puisqu’elle a toujours mangé comme ça sans grossir, n’Est-ce pas ?

« Ça y est ? Tu as fini ta fixation sur mon poids ? Oui ? Bon. Et bien peut-être qu’un jour on pourra commencer ! »

Finalement, il donna le départ. Mais dès qu’elle eut enfourné le premier hot dog dans sa bouche, elle sentit le poids de son petit déjeuné. Ah oui, mauvaise idée de prendre un petit déjeuné copieux juste avant de proposer un pari stupide visant à manger un maximum de hot dog. Mais rapidement, elle commença à avoir envie de vomir. Bien sûr, elle ne s’arrêta pas là, elle voulait gagner. Sinon, elle son orgueil ne s’en remettrait pas. Non, elle avait osé se pavaner un peu plus tôt, elle ne pouvait pas perdre. Ça aurait été injuste.

Mais la vie est injuste petite chinoise.

C’est pour cela qu’après le troisième hot dog, elle eut son premier haut-le-cœur. A partir de là, elle ne put plus rien avaler, la seule chose qu’elle pouvait encore tenter, c’était de ne pas recracher. Mais même ça, elle n’y parvint pas. Alors qu’elle s’était levée pour reprendre de l’air et tenter de calmer cette nausée qui venait de la prendre. L’air ne fit qu’amplifier la chose. Elle n’eut que le temps de se retourner pour vomir… sur son très cher ami. Ou tout du moins, sur ses jambes et ses magnifiques chaussures. Elle observa un instant Diego, à la fois dégoûtée et désolée de ce qu'elle venait de faire. Elle aurait voulu s'excuser, mais elle eut le loisir d'observer son propre vomi étalé sur le garçon.

Tout à fait dégoutant, ça lui aurait presque donné envie de recommencer… Heureusement, cette fois, elle se tourna de l'autre côté pour le faire.



Revenir en haut Aller en bas


Diego R. Bolderas
Diego R. Bolderas

Je suis: : Masculin
Nombre de rumeurs: : 265
Je suis âgé(e) de: : 24


Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE]   Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Icon_minitimeJeu 21 Juin - 3:38

En plus de cela la demoiselle n’a pas sa langue dans sa poche. Moi une vieille limace ? Tu ne t’es pas regardé ma belle. Tu veux peut-être que je te lèche tout le visage pour te montrer ce qu’est vraiment une limace ? Et puis c’est quoi cette manière qu’elle a de critiquer ma manière de courir ? Je cours encore comme j’en ai envie non ? Je ne lui ai rien demandé moi, peut-être que je l’ai dépassé une première fois, mais c’est elle qui s’enflamme toute seule là, tout de suite. Un ton plus bas s’il te plait, tu ne sais pas sur qui tu es tombé on dirait. Et ce regard droit dans le mien, cherche-t-elle à me faire baisser les yeux, à m’intimider ? Certainement, et puis elle a de beaux yeux il faut l’avouer, alors pourquoi se priver de ce joli tableau ? Je ne me démonte pas, son air de pseudo méchant me fait bien rire intérieurement. On dirait qu’elle cherche à me faire culpabiliser de je ne sais quoi.

« C’est toi la limace. Tu n’avais pas à me dépasser c’est tout.»

Pourquoi j’ai dit ça ? C’est complètement ridicule, mais en même temps je l’ai dit tout bas. Je n’ai pu m’empêcher de dire ceci sur un ton humoristique, parce que oui cette demoiselle a beau m’agacer, elle me fait rire, elle est bien plus petite que moi mais se croit plus forte. C’est avec ce genre de personne que je peux m’entendre ou non d’ailleurs, un genre d’amitié compétitive. Et je sais bien aussi que je dois l’agacer, mais ça je n’y peux rien, c’est dans ma nature, je ne vois pas pourquoi je devrais jouer un rôle, même avec une charmante jeune fille que je viens à peine de rencontrer. Celle qui me fera changer n’est pas encore née. Même Molly, pour qui, à l’époque, j’ai voulu changer complétement n’a finalement pas réussi. Je ne vais pas me mettre à penser à elle, parce que je risque d’être dans un tout autre état d’esprit.

Elle continue son petit speech, bien sur que je l’ai provoquée, je voulais voir si cette combativité qu’elle me montrait depuis le début était toujours d’actualité, elle a bien l’air sure d’elle. Un peu trop peut-être. Me voilà pris en otage dans un engrenage de défis. La demoiselle ne me demande même pas mon avis. Et si j’avais quelque chose de bien plus important à faire ensuite hein ? Bon nous sommes d’accord que ce n’est pas le cas mais tout de même. Pour qui se prend-elle ? Je hausse les épaules, après tout si ça peut lui faire plaisir… ce que je ne ferais pas pour une jolie fille… Je sens que de lui tirer ses mots « sans rancunes » doit être une épreuve pour elle. Mais elle se la joue fair-play. C’est bien petite. D’ailleurs, elle a l’air surprise de mon élan de politesse suite à cela. Pendant un moment j’ai même cru qu’elle n’allait pas se présenter à moi. Maeko, joli prénom, elle aussi est étrangère, tout comme moi finalement et tant pis pour elle si elle n’est pas enchanté, elle ne sait pas ce qu’elle loupe. Je n’aime pas sa façon de me regarder de haut en bas. Je tourne la tête sur le côté en attendant et souffle un coup, pas forcément pour montrer mon mécontentement mais surtout pour lui faire comprendre que je ne suis pas un objet en vente libre. Enfin c’est ce que j’ai ressenti.

Soudain un grand sourire apparu sur son visage. Quoi encore ? Que me réservait-elle ? Je tourne la tête dans la même direction, et tombe sur un stand de hot-dog. Heu là, il va falloir m’expliquer, parce que je ne compte pas lui payer un de ces machins en guise de cadeau de réconfort pour la perte de la course. Et très vite j’ai des explications. C’était une blague n’est-ce pas ? Qu’est-ce que c’est que ce défi tout pourri ? Surtout de bon matin. Cette fille est folle je pense, ou bien boulimique et le cache dans un défi. Gagnante d’un concours de mangeur de hot-dog… quel palmarès dites-moi ! Et tu veux peut-être que je te félicite ? C’est n’importe quoi mais je vais accepter à contre cœur. Parc contre si je prends du poids ce sera entièrement sa faute. Et non celle de mon égo surdimensionné.

« Je comprends mieux pourquoi tu cours le matin maintenant, pour évacuer toute la graisse. Si tu n’as pas peur de te choper des poignées d’amour je suis partant. »

Bon je vais sans doute être barbouillé toute la journée mais je ne vais pas lui faire le plaisir de refuser ce défi. Je lève les yeux au ciel avant de me diriger vers le stand accompagné de la demoiselle. Le vendeur me fait de gros yeux quand il me voit commander vingt de ses sandwichs et deux bouteilles d’eau pour faire passer le tout, on va en avoir besoin. Cela doit-être la première fois que cela lui arrive, je lui fais un non de la tête quand il semble attendre des explications. Pas besoin, cela concerne uniquement moi et Maeko. Je lui en donne dix, et lui fait signe de me suivre pour s’assoir quelque part un peu à l’abri des regards indiscret. Je n’ai franchement pas envie que l’on me voit faire ça. J’ai une réputation à tenir.

« Avant tout, et je dis çà pour toi, Tu va devenir obèse un jour. Bon, le premier qui a fini à gagner d’accord ? »

J’attends sa réponse, pour donner le départ. Je ne suis pas sûr de gagner mais je vais essayer. Si je perds ce défi à mon avis je vais en entendre parler tout le temps que je vais rester avec elle. Ce qui risque de me gonfler vite fait bien fait.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

- Vida Loca -
THE PERFECTION IS NOT ONLY TO BE IRRESISTIBLE. YOU HAVE TO BE A SENSUAL AND IMPREVISIBLE GUY THAT WHEN A SPECIAL MOMENT COMES, NOT THINK BEFORE ACT ∞ Pi Sigma.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE]   Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Icon_minitimeJeu 21 Juin - 2:31



Il s’approcha d’elle l’entement, reprenant son souffle. Elle croisa les bras en prenant, malgré sa respiration toujours rapide, cet air sévère d’habitude entièrement réservé à Sojiro. Il ouvrit la bouche pour parler, soit disant qu’elle l’avait cherché. C’était une blague n’Est-ce pas ? Une très mauvaise blague. Elle l’avait doublé la première fois parce qu’il était aussi lent qu’un escargot handicapé, il n’allait pas en plus lui reprocher ! Et puis ce petit air supérieur qu’il avait, il donnait juste à Maeko l’envi de lui faire avaler ses dents. Mais non, la self défense, c’était pour se défendre, pas pour attaquer.

« Non mais, tu courrais comme une vieille limace avant que je ne te dépasse, tu n’avais qu’à courir plus vite ! C’est toi qui m’a cherché à vouloir me re-dépasser à tout prix. »

La mauvaise foi ? Elle ne connaissait pas. Elle disait purement et simplement la vérité, tout en le regardant droit dans les yeux, histoire de montrer qu’elle n’était pas impressionnée. Bien sûr en réalité, elle l’avait été quand il s’était retourné, il faisait plus de dix centimètres de plus qu’elle et était surement bien plus fort, après tout c’était un homme. Mais quitte à se faire frapper -et c’était déjà arrivé une fois-, elle lui tiendrait tête, surtout qu’à présent, grâce à ses cour de self défense, il y avait moyen de bien amocher l’autre même si elle l’était elle aussi. Folle ? Oui, elle l’était peut-être, mais qui ne l’ai pas de nos jours ? Mais c’est qu’en plus il la défiait. Si il pensait qu’elle allait être impressionnée pour si peu, il pouvait se mettre le doigt dans l’œil… Quoique non ! Il avait des beaux yeux bleus ce con, ça aurait été clairement dommage de faire ça. Mais vous avez compris ce que je voulais dire, n’Est-ce pas ? Bref, elle cala ses des poings sur ses hanches et se redressa, avec un air de défi.

« Tu ne me crois pas capable de te battre ? Tu vas bien être surpris, parce que maintenant, il n’est plus question de te laisser partir sans te l’avoir prouver. » Elle attendit quelques secondes avant d’ajouter à contre cœur: « mais oui… sans rancune. »

Puis, à sa grande surprise, il lui tend la main, avant de lui annoncer son nom : Diego. Et il lui demande le sien, en la traitant de mauvaise joueuse. Elle le toisa quelques secondes, le regarda de haut en bas avant de laisser un sourire s’installer sur son visage. Elle lui serra la main et haussa les épaules avec un air surpris, d’un air de dire « moi ? Une mauvaise joueuse ? ».

« Je m’appelle Maeko. Et j’aurais aimé pouvoir dire que je suis enchantée. »

Oui, exagérer, c’était sa marque de fabrique. D’ailleurs, Sojiro en faisait assez souvent les frais. Mais Diego là, il l’avait cherché aussi, il lui mettait ses défauts en face, elle détestait ça. Puis, alors que son sourire commençait à disparaitre, il réapparut instantanément lorsqu’elle vit un marchand de hot-dog derrière le garçon. Quoi ? Comment ça des hot-dog à dix heures et demie du matin c’était dégueulasse ? Il pouvait toujours refusait ce qu’elle comptait lui proposer, elle prendrait ça pour une victoire quand même.

« Tu sais quoi ? J’ai un moyen de te prouver que je suis capable de te battre dans au moins une discipline ! A New York, j’ai gagné deux fois de suite le concours de mangeur de hot-dog de mon quartier. Alors, tu penses pouvoir en manger plus que moi ? »

Il se disait surement que c’était du tout cuit, quand on voyait la carrure de Maeko, on supposait bien qu’au bout de deux elle serait rassasiée pour la journée, mais ce qu’elle avait dit sur les concours était vrai, même si elle avait été malade comme une bête après chacun d’eux. Elle le regardait, un sourire narquois peint sur les lèvres, un air de vainqueur et ses mes à nouveau sur ses hanche. Alors cap ou pas cap ?

Revenir en haut Aller en bas


Diego R. Bolderas
Diego R. Bolderas

Je suis: : Masculin
Nombre de rumeurs: : 265
Je suis âgé(e) de: : 24


Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE]   Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Icon_minitimeMer 20 Juin - 20:43

La tête dans le guidon, je ne fais plus attention à ce qui se passe autour de moi. Je n’ai qu’une envie me défouler un bon coup, sentir que j’ai bien bossé aujourd’hui, rentrer chez moi, prendre une bonne douche et passer la journée avec je ne sais pas encore qui, mon répertoire est plutôt bien rempli, je ne devrais pas peiner pour trouver quelqu’un avec qui passer le reste de la journée. Et puis mes parents ne sont pas à la maison en ce moment, quitte à inviter quelques personnes directement chez moi. Enfin pour le moment nous n’en sommes pas encore là. L’entrainement d’abord, la suite du programme plus tard. Je ne dois pas me déconcentrer. Regardant l’horizon, lunette de soleil sur le nez, je ne vois pas tout de suite qu’une jeune fille vient de me dépasser, elle aussi doit faire son petit footing matinal. Je ne peux empêcher mes yeux de se poser sur son short, enfin ce n’est pas le short qui m’intéresse, vous vous doutez bien. C’est presque automatique chez moi, si une fille de mon âge me passe devant, mes yeux se poseront où il ne faut pas.

Quoi qu’il en soit, elle m’a dépassée et je ne supporte pas cela, même si elle n’a pas fait attention, elle ne peut pas ! Je n’aime pas être derrière les gens, je ne suivrais personne moi. Alors j’accélère un tout petit peu, juste pour pouvoir être devant, je ne regarde même pas son visage, je ne me retourne pas, je veux juste reprendre ma place initiale. C'est-à-dire devant elle. Pendant quelque instants je pense être tranquille, soit elle a compris à qui elle avait à faire, soit elle n’en a strictement rien à faire. Haha, ne jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, voilà qu’elle recommence. Elle me cherche là, elle va me trouver. Pendant un bon quart d’heure nous n’arrêtons pas de nous dépasser mutuellement, elle ne lâche pas l’affaire, et moi je commence à transpirer, de plus le soleil et la chaleur ambiante n’aide pas beaucoup. Je serre les dents pour ne pas montrer de signe de fatigue, je ne veux pas lui faire cette joie. Par contre il va falloir qu’elle se décide assez vite à abandonner parce que mes cuisses commencent à me tirer. Cependant j’aime beaucoup son esprit de compétition, elle en a dans le ventre et elle le montre ouvertement, cela lui fait au moins un bon point à cette demoiselle inconnue. Devant elle, je ne la voit pas tout de suite qui s’arrête, si elle n’avait pas ouvert la bouche je ne m’en serait rendu compte que bien plus tard. Malgré ma musique j’entends tout de même ce qu’elle me dit. Ouh une mauvaise perdante. Je m’arrête à mon tour et tout en enlevant mes écouteurs je m’approche d’elle en reprenant mon souffle.

« Il n’y a pas de fierté. C’est toi qui m’as cherchée. »


Alors çà c’est la meilleure, Madame décide de jouer de son plein gré et maintenant je me ferais presque engueler. Non mais pour qui se prend-elle ? Je garde mon calme tout de même, j’ai les mains sur mes cuisses, un sourire vient se nicher sur le coin de mes lèvres, cette demoiselle me fait rire avec son air sévère qu’elle veut laisser paraitre. Si j’avais perdu la partie… Non en fait je ne l’aurais pas perdu, mais imaginons, je pense que je ferais la même tête qu’elle. Allez fait pas la tronche ma belle. Mes mains sont sur mes cuisses, je suis un peu essoufflé, mais certainement moins qu’elle. En même temps j’ai l’avantage d’être un homme, mon physique me permet d’encaisser plus d’effort. Ne me dites surtout pas que je suis macho, avouez que c’est plus simple pour un garçon. Bon ok je le suis peut-être, un tout petit peu. A sa dernière phrase je me redresse. Un petit rire s’échappe doucement de ma gorge.

« J’aimerais bien voir çà tiens… ! Sans rancune ?»

Mais c’est qu’elle me provoque encore la petite ! J’aime ça. Simplement elle a l’air bien sure d’elle et cela me fais peut-être un peu peur. Mais je suis bon joueur, je lui dois une revanche. Je lui tends la main, va-t-elle accepter de me la serrer ? Après tout ce n’est qu’un signe banal de politesse.

« Diego. Et toi, c'est quoi ton prénom mauvaise perdante ? »


Quelque chose me dit que cette rencontre risque de promettre, ce n’a pas l’air d’être le genre de fille à abandonner quoi que ce soit.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

- Vida Loca -
THE PERFECTION IS NOT ONLY TO BE IRRESISTIBLE. YOU HAVE TO BE A SENSUAL AND IMPREVISIBLE GUY THAT WHEN A SPECIAL MOMENT COMES, NOT THINK BEFORE ACT ∞ Pi Sigma.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE]   Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Icon_minitimeMer 20 Juin - 2:44

Lundi 18 juin.


Réveillée à neuf heures trente, de mauvaise humeur, par la lumière matinale filtrant d’une fenêtre qu’on avait oublié de fermer, comment pouvait-on être si bête ? Non, ce n’était pas elle -du moins elle ne l’avouerait jamais- ce devait être cette idiote de colocataire ! Bref, la colocataire en question était partie, il était trop tôt pour appeler Sojiro ou Marissa et elle ne savait pas quoi faire. Elle tenta d’allumer la télé dont les émissions l’énervèrent en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Du coup, elle se mit en tête d’aller faire un footing après le petit déjeuné. Un jus d’orange pressé à la main, une tartine de Nutella et une tasse de café bio, un repas digne d’un Nu Zêta, peut-être pas assez digne pour Sienna, mais elle n’était pas là à la surveiller, donc osef.


Une fois ce premier repas de la journée terminé, elle débarrassa et s’empressa d’aller vers la salle de bain. Le reflet du miroir lui offrit la contemplation de sa chevelure désormais blonde -ou blanche-, elle aimait bien cette couleur, sans l’adorer non plus, mais Sojiro détestait lui et elle avait voulu se venger, l’embêter, pour une énième dispute dont l’origine lui avait échappé.


Bref, elle prit une douche, elle ne voulait SURTOUT pas sortir sans être lavée, même si ça n’avait aucune importance pour le reste du monde. Puis, elle s’attache les cheveux et enfila un short vert clair, puisqu’il ne faisait pas froid, ainsi qu’un tee-shirt blanc. Son Ipod en main, elle put enfin quitter la chambre. Elle descendit lentement les escaliers et s’étira longuement une fois dehors. Elle faisait à présent partie des volleyeurs, elle n’avait pas le droit d’avoir une crampe. Et enfin, elle se mit à courir tout en écoutant la musique. Elle se dirigea naturellement vers le parc, observant la vue magnifique qu’offrait celui-ci. Et à un moment, s’en même vraiment s’en rendre compte, elle dépassa un garçon inconnu. Grave erreur. Le garçon en question accéléra vivement afin de la dépasser à nouveau. Elle fut si surprise de cette attitude qu’elle resta un instant figée, avant de reprendre sa course, mais un peu plus vite. Elle ne voulait pas se démonter, il était hors de question de le laisser devant !


Et pourquoi donc ? Juste par défi, par esprit de compétition, parce qu’elle n’avait pas aimé qu’il la dépasse. Bien sûr elle avait commencé, mais il ne lui avait pas demandé de continuer. Mauvaise foi, vous dites ? Quoi qu’il en soit, son caractère était ainsi, elle ne resterait pas derrière et ce quitte à mourir de fatigue. Fatigue qui se fit d’ailleurs ressentir assez vite, à courir comme des bourrins on s’épuise bien plus vite. Elle avait mal aux jambes, mal au cœur, mal partout mais elle continuait de courir. L’important c’est de participer disaient-ils tous, mais dans l’esprit de Maeko, participer sans gagner, ça n’avait rien d’important, c’était juste une phrase inventée par des perdants, pour des perdants. Elle n’était pas une perdante elle, ça non. Jamais.


Seulement, perdante ou pas, si il continuait à courir comme ça, tantôt devant, tantôt derrière, elle allait finir par s’écrouler, purement et simplement. Ils ne couraient pourtant pas depuis très longtemps, le problème c’était le rythme, pas la longueur. Elle le regarda rapidement, il avait l’air essoufflé lui-aussi, peut-être un peu moins qu’elle, certes, mais tout de même. Elle ne tint plus très longtemps, mais avant de s’arrêter, elle ne put s’empêcher de laisser sa mauvaise foi s’exprimer. « Bon…. Fier d’avoir battu une fille à la course ? … Le truc dommage c’est que je te bats surement pour tout le reste ! » Cracha-t-elle assez fort pour qu'il l'entende, entre deux respirations fortes. Ce qu’elle n’avait pas prévu, c’est qu’il s’arrête et revienne vers elle juste à ce moment là. Oups.
Revenir en haut Aller en bas


Diego R. Bolderas
Diego R. Bolderas

Je suis: : Masculin
Nombre de rumeurs: : 265
Je suis âgé(e) de: : 24


Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Empty
MessageSujet: Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE]   Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Icon_minitimeSam 16 Juin - 1:25

Maeko Vs Diego



9h50. Les rayons du soleil qui se faufilaient dans les ouvertures des volets m'avait réveillé. C'était une belle journée et rester toute la matinée enfermé serait bien dommage. Ce n'est pas mon genre. De plus pour y faire quoi ? Pourquoi pas aller faire un footing du coup, bonne idée, cela me remettrai en forme, je viens de m'inscrire dans l'équipe des Cannonballs il faut que je soit en forme. J’attendais un moment sous ma couette tout de même, pour chasser mes hormones du réveil. J'ai pour habitude de descendre prendre mon petit-déjeuner en caleçon, ma pauvre mère adoptive bataillait pour que je cache cette chose, j'avais beau être son fils depuis 11 ans, selon elle, ce sont des choses à respecter. Alors ses désirs sont des ordres. Ce doit être la seule femme à qui j'obéis d'ailleurs. Enfin bref. Après quelques minutes je descendait les escaliers me dirigeant directement vers la cuisine. Étonnement mes parents n'étaient pas la. " Maaam's , Daaad ? " Pas de réponse, tant pis, ils devaient être parti au boulot plus tôt. Encore un peu endormi, j’ouvrai le frigo pour y attraper un jus multivitaminé comme toujours, et en le refermant un petit mot était collé dessus.

[Chéri, nous sommes parti à New-York voir ta tante. Nous seront de retour dans 1 semaine, peut-être 2. Comme d'habitude nous comptons sur toi pour être responsable. On à réapprovisionné ton compte pour que tu soit tranquille. Au moindre soucis appelle nous! N'oublie pas tes rendez-vous. Love you darling.]

Mes parents tout craché quoi. Surtout ma mère, qui s'inquiète toujours pour un rien. Je suis sur de recevoir au moins quatre messages par jour durant leurs absence. L'avantage, c'est que je pourrait ramener qui je veux sans avoir le droit à un interrogatoire le lendemain. Enfin bref, je remontait à l'étage pour prendre une douche et m'habiller, ce qui me pris un petit temps tout de même. Parfaitement il faut toujours être au top, même pour faire un footing, on ne sais jamais. Une fois préparé, lunette de soleil sur le nez, short de sport et Marcel blanc, et converse, je me dirigeait vers le parc qui serait à mon avis l'endroit le plus approprié. Enfin, il y avait peut-être la promenade de la plage, mais vu la météo il y aurait trop de gens, et cela m’énerverait assez vite. Je marchait tranquillement dans la direction que j'avais choisie, mp3 branché, je ne faisait même pas attention à ce que j’écoutai, en fait , c'était histoire de me détendre. Quand j'arrive enfin, je remarque qu'il n'y a pas grand monde, quelques couple par-ci par là, quelques étudiant qui révisent dans l'herbe. Rien de très passionnant.

Je me met près d'un banc pour commencer mes étirements. Tout mes muscles doivent être parfaitement détendu, sinon c'est le claquage assuré. Et puis, je doit éviter un maximum d'avoir trop de courbatures, premièrement pour les entrainements de l'équipe, deuxièmement parce que si une de mes jolies filles m’appellent, je doit être au top. Quelques rotations , des chevilles, je masse un peu mes cuisses, étirements des bras, épaules et dos, et je suis paré pour mon jogging. Je cours tranquillement, sans forcer, le soleil tapant sur ma peau, ne faisait pas attention à grand chose autour de moi. Ne voyant pas non plus la jeune chinoise qui arrive derrière moi.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

- Vida Loca -
THE PERFECTION IS NOT ONLY TO BE IRRESISTIBLE. YOU HAVE TO BE A SENSUAL AND IMPREVISIBLE GUY THAT WHEN A SPECIAL MOMENT COMES, NOT THINK BEFORE ACT ∞ Pi Sigma.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE]   Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Reste derrière moi et admire. ft. Maeko [TERMINE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Techniques de Balmung Shirodenki
» La passion...[Shi Raynid] Hentaï
» Nilah la Corneille[Validée, reste sorts]
» Yseult et le reste du monde [72%]
» L'histoire derrière votre pseudo ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: Rps terminés-
Sauter vers: